COP21: Barack Obama salue un accord historique

BarackBarack Obama a salué ce samedi 12 décembre un accord fort et historique conclu lors de la COP21 à Paris. Le président américain estime qu’il constitue la meilleure chance de sauver la planète contre la menace du réchauffement climatique. Pourtant, aux Etats-Unis, cet accord est loin de faire l’unanimité.

Barack Obama peut être satisfait, l’accord sur le climat est l’un des dossiers qu’il a à cœur de faire avancer pendant sa dernière année à la Maison Blanche.

Si le président des Etats-Unis est en accord avec son opinion publique sur la question climatique, il est en opposition frontale avec la majorité républicaine du Congrès, et avec les candidats conservateurs à la présidentielle 2016 qui ont tous promis une catastrophe pour l’emploi aux Etats-Unis, si un accord était signé à Paris.

Mais les Américains, d’après un sondage réalisé avant le sommet, se prononçaient à 56% en faveur d’un accord contraignant, qu’ils soient démocrates ou républicains, et c’est sans doute pour cela que Barack Obama, s’est adressé directement à ses concitoyens samedi soir.

« Le peuple américain peut-être fier », a déclaré le président des Etats-Unis, se félicitant d’un accord « qui marque un tournant pour les générations futures ». Barack Obama, tout sourire, a remercié le président Hollande et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, pour le travail accompli. La candidate démocrate Hillary Clinton a immédiatement joint ses félicitations à celles de la Maison Blanche.

Obama s’adresse une part des lauriers

Si l’accord de Paris sur le climat est un incontestable succès pour la diplomatie française, Barack Obama a été prompt à s’adresser une part des lauriers. Pour lui, c’est une grande victoire politique et le fruit de plus d’une année d’efforts pour essayer de rallier à la cause du climat le plus grand nombre de pays.

Sa plus importante contribution avait notamment été de convaincre les Chinois de se joindre au mouvement. Il avait aussi montré l’exemple en prenant diverses mesures pro-environnementales au niveau national.

Le président américain a toujours souhaité que la préservation de la planète fasse partie de son héritage historique. Pour éviter que les climato-sceptiques, nombreux au Congrès,fassent obstruction, John Kerry s’est battu à Paris pour que l’aide financière des pays du Nord aux pays du Sud se fasse sur une base volontaire.

Comme ce n’est pas un traité, le Congrès américain n’aura pas à l’approuver, mais Barack Obama aura tout de même besoin de lui pour obtenir les fonds promis. Toutefois, quand l’accord entrera en vigueur, apparemment en 2017 au plus tôt, la présidence américaine aura changé de main et si un républicain est élu, il n’est pas certain qu’il respecte pleinement les engagements pris par son prédécesseur.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge