Côte d’Ivoire: Procès de Laurent Gbagbo, Sangaré: «On a du respect pour les juges mais le droit doit être dit. »

GbagboA moins de 48 heures de l’ouverture du procès de l’ancien chef de l’Etat ivoirien,Laurent Gbagbo Rechercher Laurent Gbagbo en détention préventive à la Haye depuis bientôt quatre ans, ces camarades du Front populaire ivoirien (FPI), ceux du camp Aboudramane Sangaré Rechercher Aboudramane Sangaré ont organisé ce mardi une table ronde à son honneur.
Avant l’entame des conférences animées par les différents intervenants, le Président par intérim du FPI, le Professeur Aboudramane Snagaré a demandé aux militants de savoir se retrouver dans les moments décisifs.
«Nous sommes à un moment décisif de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique et le FPI doit savoir se retrouver dans les moments décisifs (…) A quelques moments du procès de Laurent Gbagbo, il faut qu’on soit là. Donc merci à la direction du parti d’initier ce genre de rencontre (…), » a déclaré le président par intérim du FPI.
La rencontre du jour s’est déroulée en présence d’un petit nombre de militants qui a effectué le déplacement d’Attoban où a eu lieu la cérémonie.
«C’est pas une question de nombre aujourd’hui. Quelque soit le noyau, il faut réfléchir. On ne doit pas être à la traine de la mobilisation pour Laurent Gbagbo Rechercher Laurent Gbagbo mais toujours en avant et merci pour tous ceux qui ont porté ce combat-là, » s’est justifié Sangaré.
En dépit de la faible mobilisation, il a exprimé sa reconnaissance à tous ceux qui se sont déplacés. «Merci pour tous ceux qui sont en train de faire tourner le vent. Merci pour tous ceux qui ont révélé toutes les dimensions de son combat. Merci aux amis qui partout dans le monde continuent de se mobiliser, » a-t-il ajouté.
Selon lui, quelque chose est en train de se passer. «Qu’on le veille ou non, le 28 janvier, quelque chose va se passer. En fin de compte, c’est le procès de l’insoumission. Et comme on ne peut justement soumettre celui qui ne veut pas être soumis, ça sera difficile, » a-t-il lancé.
Sangaré a annoncé qu’à son niveau, il doit tout faire pour être présent à ce procès, présent physiquement et aussi présent intellectuellement.
«Qu’on sache que quelque chose est en train de se passer loin de nous, qu’on sache que Laurent Gbagbo Rechercher Laurent Gbagbo n’est pas seul et qu’il ne sera jamais seul. Qu’on sache que les démocrates – ce n’est même plus une affaire de FPI -, les patriotes sont avec le président Laurent Gbagbo. C’est ça le sens de son combat, » a poursuivi le Président par intérim.
Pour lui,Laurent Gbagbo Rechercher Laurent Gbagbo n’a pas eu de jeunesse parce qu’il pensait à l’Afrique et aujourd’hui il se retrouve tout seul.
«On parle d’une crise, d’une guerre ; en tout cas, pudiquement, le mot guerre. Il se retrouve tout seul à La Haye. C’est-à-dire qu’il s’est combattu lui-même. On ne peut pas accepter cela. On a du respect pour la Cour. On a du respect pour les juges mais le droit doit être dit. Et c’est ce que je disais, il ne faut pas que la politique serve de boite noire à la CPI. Vous lisez la mémoire de la boite noire et vous voyez le verdict. On ne peut pas accepter cela. C’est le sacro saint principe de séparation des pouvoirs, » a martelé le Professeur.
Il souhaite que la politique sorte du prétoire de la CPI et que le droit soit dit, puisqu’il sait que le droit a été déjà dit.
«Aujourd’hui, j’ai de la peine de savoir qu’on puisse parler de criminel quand on connait ce monsieur. Mais il y a toujours une justice dans le monde. Forcément la justice vient au bout de l’injustice, forcément la vérité vient au bout du mensonge,» a conclu Aboudramane en invitant les militants à garder espoir.

Wassimagnon

Source: koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge