Coupe de la Ligue: PSG-OM: 2-0: Elie Baup : « On a joué à 10 contre 12 »

Elie Baup n’a pas encaissé le carton rouge adressé à Rod Fanni après une demi-heure de jeu. Sec et remonté, le technicien olympien a pointé du doigt l’arbitrage de monsieur Gautier, lors de la défaite de l’OM à Paris (2-0), en huitième de finale de la Coupe de la Ligue.

 

Elie Baup l’a mauvaise. Après la défaite de l’OM face au PSG en huitièmes de finale de Coupe de la Ligue (2-0), la première déroute marseillaise dans cette compétition depuis le 13 septembre 2008 (défaite à Sochaux 1-0), le technicien olympien, questionné sur le sujet arbitrage, n’a pas caché sa frustration et sa colère envers M. Gautier, coupable à ses yeux d’une grossière de jugement sur l’expulsion de Rod Fanni (27e minute). Pas habitué à la langue de bois, le technicien à la casquette n’a pas mâché ses mot quand le sujet a été abordé en conférence de presse.

« Ce soir, j’ai appris qu’une faute commise à l’extérieur de la surface pouvait être sanctionnée d’un penalty. A dix, c’est devenu plus compliqué », a sèchement précisé Elie Baup en préambule. Avant d’enchaîner et de monter en flèche. « On avait quand même envie d’aller au bout du match et de faire un résultat. Mais cette décision a fait basculer le match en notre défaveur (…) Paris a fait un pressing haut en début de partie. On a répondu. On a commencé à sortir le ballon. Et puis il y a eu ce carton rouge. On retombera toujours sur ce fait de jeu incompréhensible. Le problème n’était pas l’absence de Gignac, mais le fait de jouer à dix contre douze. La faute est commise à l’extérieur, puis se termine à l’intérieur. A partir du moment où on considère que c’est le dernier défenseur, la double peine est applicable. Je dissocie le match de ce soir (mercredi) des deux autres défaites », a conclu le technicien marseillais.

Leonardo : « C’est le règlement »

Fidèle à la légende contrariée des grands classiques, ce PSG-OM version coupe, restera dans les esprits uniquement pour cette décision arbitrale. Egalement interrogé sur le sujet, Rod Fanni, expulsé après son accrochage sur Guillaume Hoarau et donc principal intéressé dans l’histoire, s’est penché sur son propre cas. Il rejoint sans détours l’avis de son technicien. « Ma faute est en dehors de la surface. Et on nous apprend en début de saison que même si on est dernier défenseur, quand on va vers l’extérieur, c’est carton jaune. Je me pose beaucoup de questions sur l’arbitrage ce soir. A onze contre onze, ça aurait été différent, mais ce sont des si… ».

A Paris, l’affaire est vue autrement. Leonardo, le directeur sportif du club de la capitale, est tout de même resté prudent sur le sujet. « Je pense qu’il y a penalty, même si je ne sais pas si ça commence dans ou en dehors de la surface. C’est un peu dur d’avoir rouge et penalty, mais c’est le règlement. Mais je ne crois pas que ça a été la clé du match. La clé du match, c’est la façon dont on a joué et contrôlé cette partie ». Mohamed Sissoko est plus absolu. « La double peine n’est pas sévère, non. Il est dernier défenseur. Je pense que sur la physionomie du match, Paris mérite de gagner ».

Après cette défaite chez leur ennemi de toujours, les Olympiens ont dit adieu, dans la polémique, à un trophée qu’ils détenaient depuis trois saisons et qui faisait partie des meubles. La défaite est symbolique sur deux plans : elle met un terme au record historique de victoires consécutives dans cette compétition (qui s’arrête à douze) et laissent les Marseillais, malgré les paroles d’Elie Baup, dans une spirale négative avec trois défaites consécutives et plus d’un mois sans succès à l’échelon national. Caustique, Elie Baup a préféré terminer sa conférence de presse par une touche d’humour. « La seule satisfaction, c’est qu’on sait à peu près quand on va jouer Lyon puisqu’ils sont aussi éliminés ».

 

Source:Eurosport

 

 

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind