Cour Suprême : Le Ministre de la justice se défend,

 Le Ministre de la Justice Mauritanien M.Abedine Ould Kheir a qualifié que l’affaire de l’ex Président de la Cour Suprême à travers certaines réactions est une question  » d’ingérence dans les pouvoirs du Président de la République » qui l’exerces de façon souple et naturelle et ne devront pas faire l’objet de ce débat et ou être politisées ». Le Ministre s’exprimait devant les députés de l’Assemblée Nationale au cours d’une séance plénière. Cette intervention du Ministre est une réponse à une question de député Yacoub Ould Moine dont voici son contenu : « Nous avons appris que le pouvoir exécutif a empêché le Président de la Cour Suprême d’exercer sa mission. Peut on savoir les causes de cet acte que tout le monde trouve handicapant pour le fonctionnement de l’appareil judiciaire et une violation de son indépendance?». M.Ould El Khair a noté que la constitution qui est notre référence stipule que le Président de la République est le garant du respect de celle-ci et de l’indépendance de la justice avec l’appui du Conseil Suprême de la Justice. »Le président de la République a exercé ses pleins pouvoirs et nommé le président de la Cour Suprême, comme le prévoit l’article 18 de loi fondamentale, qui indique que le président de la Cour Suprême ne doit pas être démis de ses fonctions sauf dans les conditions avec lesquelles il a été nommé », déclare le Ministre. Il a été nommé par décret et le Président de la République possède tous les pouvoirs pour démunir ou nommé le Président de la Cour Suprême, ajoute-t-il. Le Ministre a aussi répondu aux interventions de certains députés et qualifié de « paradoxe » le fait de s’attacher à un Président de la Cour Suprême nommé par décret et demander le départ d’un Président de la République élu par la majorité du peuple.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge