CPI Fatou Bensouda en Côte d’Ivoire pour muscler son dossier sur Laurent Gbagbo

Fatou Bensouda,La procureure de la CPI,  © AFP
À l’issue d’un entretien avec le ministre ivoirien de la Justice, vendredi 19 juillet à Abidjan, Fatou Bensouda s’est exprimée devant la presse. La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a indiqué rechercher « plus d’informations » pour son dossier contre l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, soupçonné de crimes contre l’humanité et détenu à la prison de La Haye.

Cette semaine, c’est le cas de Laurent Gbagbo qui est au centre de l’attention de la CPI. La procureure de la juridiction internationale a rencontré le ministre ivoirien de la Justice, Gnénéma Coulibaly. À l’issue de cet entretien, Fatou Bensouda a indiqué être en Côte d’Ivoire pour une « mission technique » destinée notamment à rencontrer ceux qui « assistent » la CPI pour « obtenir plus d’informations » dans l’affaire Gbagbo.

>> Lire : Portfolio interactif : la CPI, 15 ans et 27 Africains en ligne de mire

En juin, les juges de la Cour ne sont pas parvenus à prendre une décision sur l’ouverture d’un procès contre l’ancien chef d’État. Ils ont demandé à la procureure de leur fournir des informations ou éléments de preuves supplémentaires impliquant Laurent Gbagbo dans les faits qui lui sont reprochés. Détenu à La Haye depuis fin 2011, il est soupçonné de crimes contre l’humanité commis durant la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait quelque 3 000 morts.

>> Lire : Le quotidien carcéral de Laurent Gbagbo à la CPI

En 2012, la CPI a émis également un mandat d’arrêt contre l’épouse de Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo, soupçonnée aussi de crimes contre l’humanité et détenue en Côte d’Ivoire. Officiellement, la CPI est toujours en attente d’une réponse du gouvernement ivoirien à cette demande.

« Nous avons informé les autorités ivoiriennes que nous voudrions que Mme Gbagbo soit transférée à la Cour pénale internationale et nous travaillons avec les autorités ivoiriennes sur ce dossier », a expliqué Mme Bensouda.

La procureure de la CPI, régulièrement accusée de ne cibler que le camp Gbagbo en Côte d’Ivoire, a également réaffirmé que la Cour enquêterait sur « tous les camps », faisant référence au camp des forces pro-Ouattara, accusées de graves crimes durant la crise postélectorale.

« Nous avons conduit M. Gbagbo devant les juges, c’est la première affaire pour la CPI, ce n’est pas la dernière », a-t-elle assuré.

Selon des sources au ministère, Fatou Bensouda devrait rester sur place quelques jours.

(Avec AFP)

Source : JA

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind