Crash de l’A320 : le copilote avait souffert d’une grave dépression

1106043_crash-de-la320-le-copilote-avait-souffert-dune-grave-depression-web-0204259850521Selon le journal allemand « Bild », Andreas Lubitz a même été classé « inapte » pendant une partie de sa formation, lorsqu’il se trouvait à Phoenix aux Etats-Unis.

Jeudi, Lufthansa, maison-mère de Germanwings, a évoqué une « interruption assez longue » de sa formation par le copilote soupçonné d’avoir volontairement précipité mardi l’avion de Germanwings au sol, en provoquant la mort de 143 autres passagers et 6 membres d’équipage. La compagnie allemande a refusé d’en dire plus par respect pour le secret médical.

Selon la Bild Zeitung, cette interruption était due à de lourds problèmes psychologiques. Manifestement, Andreas Lubitz était même classé « inapte » pendant une partie de sa formation, lorsqu’il s trouvait à Phoenix aux Etats-Unis. Toujours selon Bild, qui a eu accès à son dossier médical, il aurait fait l’objet d’un traitement psychiatrique pendant un an et demi. En 2009, les médecins font le diagnostic d’une « sortie d’épisode de lourde dépression ». Le jeune homme avait ensuite repris et terminé sa formation. Mais, il était sous traitement « médical particulier et régulier », poursuit le quotidien qui affirme que ces informations ont été transmises par la Lufthansa, maison-mère de Germanwings, à la LBA.

Crise de couple ?

En ce qui concerne son motif potentiel, les enquêteurs suivent la piste d’une « crise existentielle personnelle», selon Bild Zeitung, pour qui Andreas Lubitz et sa petite amie auraient traversé une crise de couple dont il ne se serait pas remis. Hier, les perquisitions étaient terminées peu avant minuit et ont duré environ quatre heures.

Que sait-on de plus sur cet homme de Montabaur, petite ville de 12.500 habitants située entre Francfort et Bonn ? Son père serait employé de banque, sa mère organiste dans une église protestante. Le jeune homme de 27 ans aurait un frère avec lequel il partageait un étage de la maison familiale. Il courait le semi-marathon. Les membres de son club d’aviation parlent de lui comme un homme « drôle, parfois réservé » et aimable. Bref, un jeune homme ordinaire.

Source: Echos.fr

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge