Cri d’alarme des parents d’élèves de l’Etablissement

des parents d’élèves de l’Etablissement secondaire de TokomadjiLauthentic.Info:Cri d’alarme des parents d’élèves de l’Etablissement secondaire de Tokomadji
Les parents d’élèves du lycée de Tokomadji ne sont pas contents ! Pour cause, une décision qui proviendrait de Nouakchott qui a affecté de leur établissement son unique professeur de chimie, sans avoir pris le soin de le remplacer.

Ouvert en 2006, l’Etablissement secondaire de la Commune de Tokomadji situé à 70 km de Kaédi (région du Gorgol), dispose d’un effectif de 250 élèves répartis en 6 classes de la première année de collège à la 7ème année terminale dont les élèves sont candidats au bac.

Cet établissement a toujours obtenu un taux de réussite encourageant depuis son ouverture, malgré les différents obstacles qui secouent sa bonne marche : difficultés de fournitures scolaires, des tables-bancs ainsi que la stabilité des enseignants. Le collège et lycée de Tokomadji n’a jamais eu le soutien de l’Etat ni de bailleurs de fonds. L’établissement a été financé grâce à la volonté de ses ressortissants et la main d’œuvre des villageois.

Partout en Mauritanie, le Ministre de l’Enseignement secondaire effectue des visites dans les établissements pour s’enquérir de leur bon fonctionnement. Mais Tokomadji n’a jamais bénéficié de l’attention des autorités de l’Education. C’est dans le sillage de la négligence des responsables de la tutelle que récemment un professeur de physique-chimie répondant au nom de Mohamed Chamakh, ayant en charge les classes de terminale affecté dans l’établissement, il y a à peine 4 mois, a été réaffecté par un simple coup de téléphone à Rosso sans que le Directeur de l’établissement et le DREN n’en soit informés. Selon des sources de bonne foi, la réaffectation du professeur vient du sommet de la hiérarchie pour satisfaire un seul individu au détriment de l’intérêt général. Compte tenu de l’ampleur du désagrément causé par le départ du professeur de physique-chimie, les parents d’élèves de Tokomadji lancent un appel urgent au Ministre de l’éducation de revenir à leur décision ou d’affecter un autre professeur pour éviter de compromettre l’éducation de leurs enfants.

Le président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, dans son discours de fin d’année adressé à la Nation a bien précisé que l’année 2015 était dédiée à l’Education et la science. Avec de tels agissements, le Ministre de l’éducation s’inscrit en faux par rapport aux orientations du président de la République. Comme les autorités usent de deux poids deux mesures, un autre cas mérite d’être souligné. C’est celui d’une institutrice affecté dans une localité enclavée (khaira), malade d’une hypertension artérielle, ayant une recommandation de son médecin traitant qu’elle doit voir tous les deux mois, qui n’arrive pas à être affectée dans une localité urbaine malgré les sollicitations en bonne et due forme.

BA Ismaila

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Commentaires

  1. Les fossoyeurs de l’éducation n’ en ont cure de saper davantage les bases d’un secteur rudement éprouvé. Le message est clair: c’est que la réussite des élèves du Lycée de Tokomadji est le dernier souci du donneur d’ordre d’en haut. C’est paradoxale car la satisfaction d’un désir personnel a pris le dessus sur l’intérêt général. Pourtant les élèves de Rosso n’ont pas plus de droit que ceux de Tokomadji sacrifiés pour des desseins autres que pédagogiques.
    Alassane SY Articles récents..SNIM : A la croisée des chemins.My Profile

Exprimez vous!

CommentLuv badge