Crise à la Snim/ BA Yahya, émissaire du président ou fileur du mauvais coton ?

La SNIM,La Snim traverse actuellement la plus grave crise de son histoire. Une grève sans précédent dans les annales de ce fleuron de l’industrie nationale. Une grève qui se prolonge et se complique.
C’est dans cette ambiance délétère que le « bouillant » et « dynamique » député de Kaédi, Ba Yaya est arrivé dans la cité chaudronnière de Zouerate, pour entamer des négociations, presque unilatérales, en présence de Ball Amadou Tidjane, chef de département mines, des deux députés de Zouerate. Tout cela avec l’aval du président de la République, apprend-on de source proche de l’émissaire.
Notre député n’a rencontré que les délégués des grévistes. Relayés par des médias comme des négociations entre les employés et la Snim, cette dernière s’est vite fendu un communiqué niant sa présence dans ces pourparlers. Pour négocier, il faut être deux, « jawo wooto singlataa », Seydi Bah.
Drapé du manteau présidentiel, le député de Kaédi a passé 48 heures de négociations ardues avec les délégués grévistes sans pour autant la participation de la partie adverse, en l’occurrence la Snim.
Deux jours durant, « l’émissaire présidentiel » a pu arracher quelques points d’accords aux employés. Mais le fait cocasse de cette affaire est que le député Ba Yahya n’ait pas voulu prendre un engagement écrit, les paroles s’envolent dans l’air, les promesses n’engagent que ceux qui y croient, dit-on.
Après cet échec de réconciliation, beaucoup d’interrogations sur la véritable mission de l’ex-ministre de l’habitat et de l’urbanisme. Etait-il réellement un envoyé du président ? Sa mission se limitait-t-elle seulement à rencontrer les travailleurs donc une seule partie du conflit.
D’aucuns n’ont pas hésité à dire que l’ex-ministre n’était pas le bienvenu à Zouerate, soulignant qu’il était à l’origine de la démolition de centaines de maisons de pauvres citoyens, il y a deux ou trois ans, alors que certains propriétaires détenaient des documents en bonne et due forme. « Pendant ce temps, Le deux poids, deux mesures est visible.
Des maisons qui étaient identifiées sises au quartier de « Dimez » pour des démolitions partielles dans le cadre d’un plan d’aménagement de la ville sont toujours intactes »
, se plaignent des victimes.
Des voix s’élèvent pour dire que là où les natifs de Zouerate, les notables, les dignitaires et les acteurs politiques de la localité ont échoué, ce n’est pas un député, qui a failli passer à la trappe, arrivant en 3eme position de la proportionnelle, donc sans assise politique chez lui, qui pourra décanter cette situation tant déplorable.
D’aucuns n’ont pas hésité à qualifier notre honorable député de monsieur de basses manœuvres de la République, ajoutant qu’il n’a pas marché sur les pas de son défunt frère Ba Abdoul Aziz, qui a beaucoup fait pour les populations de Kaédi et d’ailleurs.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge