Crise politique : Et si Ould Taya revenait en Mauritanie

ould taya-rimweb.net
La donne politique en Mauritanie est aujourd’hui dominée par la confrontation entre un bloc présidentiel soudé derrière le Chef de l’Etat, Mohamed Ould Abdel Aziz, et une opposition fragmentaire, composée d’irréductibles partisans d’un départ forcé du régime et de quelques dialoguistes au discours plus conciliant et moins réducteur. Dans ce rapport de force entre un pouvoir qui défend sa légitimité, une opposition qui la lui conteste et une autre qui joue à l’équilibrisme, le retour de l’ancien président déchu Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya pourrait sérieusement bouleverser la donne, d’après certains analystes. Cette éventualité est sérieusement envisagée, à l’heure où certaines sources évoquent d’importants pourparlers en cours pour organiser ce retour.

Selon des sources concordantes, de hautes personnalités de l’Etat s’activeraient depuis quelques mois, en multipliant les tentatives, pour convaincre l’ancien président Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya à revenir impérieusement au pays. Ces pourparlers qui seraient de plus en plus intenses auraient été initiés à partir de différents endroits du monde, Espagne, Qatar mais aussi Paris. Les sources estiment que les personnalités engagées dans cette mission auraient capté des signaux positifs, sorte de garanties que l’ex président Ould Taya accepterait de revenir en Mauritanie. Mais pour le moment aucune date n’est encore fixée pour ce supposé retour. Toute cette effervescente élucubration aurait sans nul doute des liens étroits avec l’annonce d’élections législatives et municipales incessante courant 2013 et des présidentielles en 2014.

Cependant, nul ne sait encore si Ould Taya est déjà profondément convaincu de son nécessaire retour en Mauritanie, de sa prédisposition à réintégrer le combat politique, avant d’envisager une quelconque candidature de sa part aux scrutins présidentiels prévus en 2014.

Certains croient que l’ancien président conserve encore un bon potentiel politique et que ses partisans restent nombreux, sans compter les nostalgiques de la supposée « âge d’or » de la Mauritanie qui coïnciderait avec son époque, celui du boom économique.
Le retour de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya ferait certainement l’objet d’un débat national intense. En vieux routier de la politique et des militaires, l’ancien président déchu y réfléchirait cependant à deux fois avant d’envisager un quelconque retour en Mauritanie, un pays encore sous entier contrôle de son tombeur, son ancien garde du corps, Mohamed Ould Abdel Aziz. Ce dernier, après l’avoir renversé en 2005, pour des raisons jamais élucidées, ne laissera certainement pas l’occasion passée. Beaucoup croient que sans de fortes garanties, un safe conduit en Mauritanie contre une interdiction de faire de la politique, Ould Abdel Aziz n’hésitera pas l’enfermer à double tour dans un des innombrables mouroirs du pays.

Déjà loin de sa poigne, la présence physique de son ancien chef au Qatar, continue d’être pour Ould Abdel Aziz un affreux cauchemar. L’avoir sous sa main et sous yeux, serait encore plus préférable pour l’homme fort de Nouakchott qui pourrait bien marchander le retour de son ex-mentor sous conditions.

Ainsi, ceux qui croient que le retour d’Ould Taya en Mauritanie pourrait bouleverser la donne en offrant un nouveau choix de gouvernance politique, se tromperait amplement selon ceux qui estiment qu’il n’aura pas même la peine d’observer l’aéroport de l’extérieur. Ce qui pousse d’autres à avancer que Ould Taya ne viendra pas en Mauritanie sans des garanties réelles. Et ces garanties, il y aurait peu de chances que Mohamed Ould Abdel Aziz les accorde réellement, sauf si Ould Taya accepte de ne pas s’immiscer dans les questions politiques. Ce qui d’ailleurs ne risque pas trop de le déranger, lui qui avait formulé la même conditionnalité au défunt Mokhtar Ould Daddah lors de son retour d’exil de France.

Ce qui est sûr, l’arrivée de Maaouiya sauf s’il se déroule dans un total secret, créera un tel crash que la propre popularité de Ould Abdel Aziz pourrait en prendre un sacré coup. Imaginez un instant l’accueil que les Mauritaniens accorderont au président en exil si l’annonce de son retour se propageait. Aux rangs des fidèles, dont presque la quasi-totalité du staff de Mohamed Ould Abdel Aziz, s’ajouteraient certainement les leaders des deux oppositions, sûrs d’avoir retrouvé un allié de poids, mais aussi les curieux et les chasseurs d’antiquité. La presse internationale pourrait même se déverser en Mauritanie, et pourquoi pas le tourisme moribond pourrait bien en prendre un sacré coup de jeunesse.

Il y a ceux qui attendent également Ould Taya pour le traduire devant les tribunaux, pour crimes contre l’humanité. En effet, le retour de l’ancien président pourrait bien mettre la Mauritanie dans l’embarras, surtout face aux commissions rogatoires que sa justice sera obligée de respecter. En effet, les organisations de défense des victimes des évènements de 89 et des années 90 l’attendent de pied ferme pour purger le passif humanitaire provisoirement mis sous scellé.
Tous ces facteurs poussent les observateurs les plus avertis à prédire que le retour de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya en Mauritanie reste une utopie dont se délectent quelques irréductibles des années révolues.

Cheikh Aïdara

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind