Culture : Trois archaïsmes qui tiennent bon

archaisme_culture_528206451_nChikoun ? (quelle est sa tribu ?) Chekhleg 3ndha ? (quel est le sexe du nouveau-né ?) Ech jajb elhoum ? (quel est le montant de la dot ?)… Voilà probablement les trois questions qui reviennent le plus en Mauritanie, dans les conversations, et selon les circonstances. Elles expliquent la société, la font fonctionner.

Elles lui assureraient même une certaine authenticité qui n’en est pourtant pas une. Et pour cause, cette ‘’authenticité’’ a pour nom : domination de la tribu, du sexe masculin et de l’argent. Ces questions paraissent archaïques aux yeux du monde et pour beaucoup parmi nous.

C’est pourquoi elles font de plus en plus face à des agressions dangereuses. Elles en subissent parfois les conséquences, en enregistrant de sérieux revers sous les coups de la modernité, de la mondialisation, des NTIC… et de leurs assauts. Elles résistent toutefois bien : profondément ancrées dans la mémoire et le subconscient collectifs.

Malheureusement pour leurs détracteurs, ces tares font, en effet, partie intégrante d’un patrimoine socioculturel séculaire qui est difficile à filtrer. C’est vrai que la modernité, et la societé de consommation qui en résulte, les complexifient. Mais, elles, elles s’en accommodent sans trop de difficultés.

Donc rien à craindre jusqu’à présent, chers ‘’cousins’’ : la tribu, le statut ‘’d’être inferieur’’ dans lequel on veut maintenir la femme, ainsi que le poids de l’argent dans le mariage et dans notre rapport à la vie conjugale, ont encore de beaux jours devant eux.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge