Dans un autre article, le Washington Post se moque gentiment de la first Lady mauritanienne…

wpHalte à la propagande ! Décidément le sac de la première dame aura beaucoup fait parler de lui aux USA mais surtout à Nouakchott à cause de la bêtise de la propagande, toujours la même, qui voulant faire un feu d’artifice avec une étincelle finit par brûler celles et ceux qu’elle est censée encenser. Ainsi nous avons eu droit, venant des mêmes sources à savoir les Gremlins du Izid Bih, à un article annonçant que le Washington Post a chanté l’élégance avérée de la première dame.

En fait, il s’agit d’un article d’une blogueuse, comme il y en a mille, qui a écrit un petit papier à propos de quelques premières dames. La propagande, se sachant démasquée depuis longtemps, a mis à l’appui un lien indiquant bien la source…

….mais pourquoi diable ne fait-elle pas aussi mention de cet autre article publié sur le même Washington Post qui sourit gentiment de l’allure de certaines premières dames notamment la nôtre que l’auteure, Robin Givhan, écrivaine et critique de mode, présente comme portant son sac haut comme un sceptre personnel ! Comme si elle voulait le montrer étant entendu que les africains se promènent toujours avec un bâton comme le président gambien.

D’ailleurs l’auteure fait bien remarquer qu’il y avait bien dans ce festival de sacs certainement pour 20.000$ :

« Mauritania’s Lady Tekber Mint Melainine Ould Ahmed carried a merlot-colored bag that seemed to have the telltale Lady Dior charms dangling from it. She held it high on her arm like a personal scepter.”

http://www.washingtonpost.com/blogs/reliable-source/wp/2014/08/06/from-high-hair-to-status-handbags-africas-first-ladies-use-fashion-to-talk-about-the-past-and-the-future/

Aussi, on aura remarqué pendant le dîner le pupitre d’Obama avec cet aigle doré en bois qui donnait à l’ambiance une africanité authentique comme les bananes plantains au menu délicieux comme le souligne jeuneafrique. Tout cela est très fin.

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140805214705/

Pour le reste, le monde francophone mauritanien n’a pas eu écho du scandale entre le fougueux cinéaste Abderrahmane Sissako et l’ambassadeur de Mauritanie Mohamed Lemine Ould Haycen car ils auraient échangé  force insultes à la limite d’en venir aux mains malgré l’âge avancé de l’un et sérieusement en route pour l’autre après avoir été éconduits par le protocole américain en allant au dîner à la maison blanche.

La bêtise viendrait du protocole mauritanien, qui n’en a pas fait qu’une, car on se demande comment ces gens ont pu croire que toute la smala était invitée à un dîner où les présidents africains et leur épouse représentaient déjà une centaine de personnes. Que vient faire là le conseiller mauritanien aux affaires culturelles, me twol craou, sans parler de l’ambassadeur de Mauritanie ?

Nous connaîtrons plus tard toute l’affaire, ce qui est sûr c’est que le Sissako reprocherait à l’ambassadeur d’être à l’origine de cette bêtise car il aurait dû savoir qui était invité avant de débarquer en tekoussous.

Sacré voyage. Les reporters qui y étaient n’ont pas été à la hauteur d’un tel voyage qui a dû être pittoresque pour toute la délégation mauritanienne. Makhallah, à force de cultiver le génie de la confrérie des médiocres, on finit par en payer le prix.

Aziz mesquine a été bien diffamé car certains sites américains le présentant parmi les 5 pires dictateurs reçus par Obama. De là qu’il paraît qu’Izid bih fait tout pour qu’à Nouakchott, on parle peu de cette couverture hors propagande. Pourtant les USA sont le pays de la démocratie et de la liberté de la presse, c’est normal qu’on entende là-bas tous les sons de cloches surtout à propos de ce qui cloche…

http://www.motherjones.com/mojo/2014/08/african-autocrats-leaders-summit-human-rights

PUBLIÉ PAR VLANE

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge