DECLARATION AMDH

Amdhlogo

Depuis le 11 novembre 2014 des militants de l’IRA dont  son  Président  sont arrêtés et mis en prison à Rosso, suite à leur participation à une caravane dénonçant l’esclavage foncier.

L’AMDH dénonce l’arrestation de M. Biram Ould Dah et les autres membres et sympathisants de l’IRA, et appelle les autorités à leur libération immédiate et inconditionnelle, puisque leur détention ne semble viser qu’à sanctionner leurs activités de défense des droits de l’Homme.

L’AMDH rappelle à l’état qu’il doit :

– Garantir en toute circonstance l’intégrité physique et psychologique de MM. Biram Ould Dah Ould Abeid, Brahim Bilal Ramdhane, Khattri Rahel, Cheikh Vall, Abidine Matalla, Samba Diagana, Hassane Mahmoud, Mohamed Yacoub,  Marième mint Cheikh, ainsi que de l’ensemble des défenseurs des droits humains en Mauritanie.

L’AMDH demande aux autorités politiques de :

– Libérer immédiatement et inconditionnellement MM. Biram Ould Dah Ould Abeid, Brahim Bilal  Ramdhane, Marième mint Cheikh, Khattri Rahel, Cheikh Vall, Abidine Matalla, Samba Diagana, Hassane Mahmoud, et Mohamed Yacoub ,car leur détention ne semble viser qu’à sanctionner leurs activités de défense des droits de l’Homme ;

–  Mettre un terme à toute forme de harcèlement, y compris judiciaire, à l’encontre de M. Biram Ould Dah Ould Abeid des membres et sympathisants de l’IRA ainsi que de tous les défenseurs des droits humains ;

– Re-Ouvrir tous les locaux de l’IRA  scellés par l’état suite à l’arrestation de son président,

– Reconnaitre l’IRA par l’octroi d’un récépissé conformément à la  constitution  mauritanienne qui garantit le droit d’association et de réunion.

– Respecter les  dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par la Mauritanie.

– Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus particulièrement :

  • Son article 1 qui stipule que « chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales au niveau national et international » ;
  • Son article 9.1 qui énonce que « dans l’exercice des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris le droit de promouvoir et protéger les droits de l’homme visés dans la présente Déclaration, chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de disposer d’un recours effectif et de bénéficier d’une protection en cas de violation de ces droits » ;
  •  et son article 12.3 qui prévoit que « chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, d’être efficacement protégé par la législation nationale quand il réagit par des moyens pacifiques contre des activités et actes, y compris ceux résultant d’omissions, imputables à l’État et ayant entraîné des violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ainsi que contre des actes de violence perpétrés par des groupes ou individus qui entravent l’exercice des droits de l’homme et des libertés fondamentales».
  • En fin l’AMDH urge le gouvernement mauritanien en cette journée où la société civile célèbre le 66e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme de  libérer tous les défenseurs de droits humains détenus dans les prisons mauritaniennes particulièrement les militants de l’organisation IRA et son président, monsieur Biram Dah Abeid.

 

Nouakchott, le 10 décembre 2014

Association Mauritanienne des droits de l’Homme

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge