Déclaration : Discours laconique d’un chef d’Etat ayant perdu sa boussole

EL HORLe comité central du mouvement EL HOR a suivi attentivement la visite du chef de l’ETAT dans la wilaya du Hodh Echarghi fondant espoir sur une visite dans la zone connue de sa densité démographique et de la très forte présence de l’élément Hartani dont la situation nécessite toute une politique de discrimination positive situation caractérisée par l’ignorance, l’analphabétisme, l’esclavage dans ses pires formes, le sous développent et la précarité.
Cette particularité a notre avis suffise pour motivée une option politique en direction des harratines en commençant par ces régions de l’Est pour cibler dans une optique de discrimination positive les harratines à travers des programmes économiques et sociaux dont notamment les infrastructures de bases adéquates.
Le comité central d’ELHOR s’attendait du chef de l’Etat après la gigantesque marche du manifeste des harratines, qu’il présente dans son discours au nom du peuple mauritanien les excuses aux harratines pour les grandes injustices subies et qu’il aller s’engager à réparer ces injustices historiques et à abolir pour toujours l’esclavage en déclarant que les contrevenant seront désormais sévèrement punis.
Ceci dans une vision de réconciliation nationale en vue d’une Mauritanie réconciliée avec elle même où tous les mauritaniens sont égaux en droit et en devoir et jouissent des mêmes chances et des mêmes traitements.
Malheureusement, notre déception est plus que grande et nos espoirs volés en éclat suite à un Discours laconique, raciste, chauviniste, nourri de haine et de mépris contre les harratines, discours malveillant d’une très grande bassesse et indigne d’un chef d’Etat, discours dont l’auteur doit être incriminé et traduit en justice pour la violation grave de la constitution dont il en est le garant laquelle protège et garanti a tous les citoyens sans distinction aucune contre tout manquement à leur dignité humaine, à leur intégrité, à leur droits fondamentaux, à la reconnaissance de leurs droits d’appartenance de manière entière à la nation, dans ce discours machiavélique l’homme mesquin, malade de ses insuffisances et nourri de haine et de mépris contre les harratines lesquels constituent la composante principale du pays, qualifie ses membres d’illégitimes, de personnes sans statuts et de surcroit sans droits. Il s’agit d’une insulte et d’un manquement grave au principe fondateur de la nation qui ne peut être pardonné.
Il poursuit dans ce discours monolithique : « les harratines sont nombreux et font trop d’enfants et rien ne peut être fait pour eux dans ces conditions » c’est quoi ça ? Ces propos indignes venant d’un président qui se tracasse pour un troisième mandat mérite –t-il une nuit au palais ? Pour ne pas parler de troisième mandat. Nous savons que AZIZ a maintes fois tenté des stratégies visant à réduire le nombre des harratines par notamment la déportation déguisée à travers l’envoie massive en ARABIE SAOUDITE des hartaniyatts en âge de puberté comme travailleuses domestiques en plus de sa politique de coincer l’enrôlement des harratines en vue de limiter au plan statistique leur nombre démographique et aussi, afin d’affaiblir leur poids électoral.
Aujourd’hui, ça devient plus grave et plus méchant et agressif quand dans une vision raciste, un chef d’Etat déclare vouloir limiter le nombre d’enfant chez une seule des composantes nationales, cela devient plus qu’une provocation et agression dont les conséquences sont imprévisibles. Face à ces menaces que le porte parole du gouvernement a développé au cours d’une conférence de presse le jeudi 5 mai 2016, nous demandons l’intervention des nations unies pour éviter la mise en œuvre de ce projet visant l’extermination des harratines, afin que le groupe arabe esclavagiste puisse dominer au plan démographique et de continuer à gérer unilatéralement les affaires du pays, excluant ses noirs, étant entendu qu’il s’agit d’un projet qui constitue un crime contre l’humanité et ces auteurs doivent être interpelés par la CPI de la HAYE.
Bien que ces craintes ont été exprimées par Monsieur Samory Ould BEYE, Président du mouvement EL HOR dans ses lettres adressées aux Nations Unies sonnant le cri d’alarme. MOHAMED ABDEL AZIZ, dans son émiettement, qu’il ignore tout, sur l’histoire et la civilisation de ce peuple dont il en est étrange, nous lui disons pour sa gouvernance que les harratines sont les premiers occupants de ce bled et constituaient tout au long des âges la force économique et sociale. Leurs activités sont liées à la terre notamment l’agriculture d’où est venu selon les historiens le nom (harrathines) : cultivateur dont la déformation toujours selon les historiens a donné le nom harratines. Ces populations sont connues comme, hommes intègres dignes, respectueux…, généreux, ayant leurs valeurs humaines et culturelles très profondes inspirées de l’islam.
Nous disons à AZIZ qui ignore l’histoire de son peuple bien que nous savons que les raisons sont multiples qui font que l’homme ignore l’histoire de son pays de résidence, nous lui disons que les harratines sont les premiers à avoir épousé la religion de l’islam dans ce bled, une des preuves incontestables est le medih du prophète DIEU salue sur lui, les harratines incarnent depuis toujours les valeurs et culture islamique ainsi que les rites du prophète dans ses pratiques et son esprit ceci dit, les harratines pratiquaient le mariage dans le respect des règles rituelles du prophète, leurs fils sont bien légitimes comme leurs pères et ascendant, ils sont aussi plus mauritaniens que ceux qui s’adjugent la paternité sur les autres.
Les cas dont il fait allusion concerne les viols commis sur les paisibles hartaniyattes par ses esclavagistes cet qui produisaient illégalement des enfants en violation des préceptes de l’islam, le témoignage éloquent de ces pratiques n’est autre que son actuel ministre de la justice, l’architecte réel des transgressions programmées de notre constitution de l’esclavage que nous avons de tout temps dénoncées et inviter l’Etat à les bannir, ont toujours été niés par Mohamed Ould Abdel Aziz dans une contradiction flagrante : « inaugurer une cours de justice spéciale pour l’esclavage et en même temps déclarer que l’esclavage n’existe plus en Mauritanie ». Nous savons que AZIZ est brisé par 3 faits auxquels il ne s’y attendait pas au meeting. Ces faits sont :

1- Le public n’était pas nombreux comme il s’y attendait ;

2- Le public était à 90%, des harratines qu’il déteste et méprise, venus espérant entendre des promesses pour des projets à même d’alléger leurs souffrances, eux les laissés pour compte, qui ignore que le président n’est pas du tout le président de tous les mauritaniens ;

3- La ferveur manquait à ce meeting pour évidement de multiples raisons relatives à l’absence de crédibilité chez l’homme.

Cette image noire a déstabilisé l’homme qui d’échec en échec titube encore et cherche à tromper une population innocente pour un plébiscite dans l’horizon…

Evoquant la dissolution du sénat et la création éventuelle des conseils régionaux dans une vision de faire revivre le système traditionnel et tribal qui seront renforcer dans le cadre de cette vision étroite et chauviniste visant à éloigner les harratines de la gestion des affaires de ce pays.

Ceci-étant, le mouvement EL HOR exige que MOHAMED OULD ABDEL AZIZprésente ses excuses aux harratines et à travers eux à tout le peuple mauritanien. ELHOR, appelle à tous les harratines à se mobiliser pour combattre le chauvin MOHAMED ABDELAZIZ, qui a été incapable d’être le président de tous les mauritaniens comme il a échoué dans sa gestion des affaires de l’Etat.

Pour le mouvement EL HOR

Le Comite Central

Nouakchott, le 08/05/2016

Source : Mouvement El Hor

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge