Déclaration du parti mauritanien du concret sur la passif humanitaire.

 unnamed-13Chers compatriotes,
 Le parti mauritanien du concret, Arc-en-ciel et je présume tous les Mauritaniens ne veulent plus entendre dire que leur pays est  raciste ou particulariste  et pour cela, et dans le cadre de la recherche d’une stratégie nationale de cohésion sociale il est nécessaire entre autres mesures de parachever le règlement du Passif humanitaire.
        Il convient tout d’abord de décommunautariser le passif humanitaire dont la résolution ne profite pas qu’aux victimes mais à toutes les composantes nationales : si les négro – africains de mauritanie en attendent réparation et réhabilitation, les arabes seraient heureux de ne plus être pointés du doigt comme étant les agents ou les bénéficiaires des violences perpétrées contre les noirs.
     Mais le passif humanitaire, ce n’est pas que cela; c’est aussi pour faire bonne mesure, toutes les exactions  commises à l’endroit de toutes les composantes quelle qu’elles soient, dès lors que les droits de l’homme ont été bafoués en leur endroit.
     Pour en revenir au cas particulier des négro-africains de mauritanie, il est vrai qu’il y’a eu un début de règlement, mais très vite, le processus s’est enlisé et s’est arrêté à mis parcours; les victimes et ayant droit sont restés sur leur faim; de l’avis de toutes les organisations des droits de l’homme ( DH ) ainsi que de la commission nationale des droits humains ( CNDH ) qui a déploré cette situation dans tous ses rapports.
- Les commissions proposées lors des journées de réflexion de 2007 n’ont jamais vu le jour
    – Les indemnisations des victimes et ayant droit ont été incomplètes car indépendamment  du nombre limité des victimes indemnisées pour les atteintes a la vie et a l’intégrité physique, les réparations n’ont pas été envisagées pour les atteintes aux biens, aux activités économiques subies par  des acteurs économiques, commerçants, hommes d’affaires,  artisans, éleveurs, propriétaires de jardins, de périmètres agricoles aménagés et de maisons, etc…
    – L’identification des tombes préconisée par le pouvoir n’a jamais vu le jour
    – Le retour des réfugiés est resté partiel.
    Le règlement du passif humanitaire, dans l’institution militaire à lui aussi été partiel: les gradés et hommes de rang ,victimes ou leur ayant droits n’ont pas tous été indemnisés.
      Il faut enfin lever le tabou de la loi portant amnistie et ne plus avoir peur de sa remise en cause si l’intérêt  supérieur  de notre cher pays l’exige, même si  les auteurs au sein des Forces armées ne devaient comparaitre que devant une commission vérité et réconciliation qui   établirait  la réalité les faits et déterminerait les responsabilités.
    Le pardon à ce moment-là des victimes et ayant droit pourrait être sollicité et  intervenir au nom de l’intérêt supérieur de  la nation.
    Ce sont là des mesures et activités qui, si elles avaient  suivi la journée de prière à Kaédi le 25 mars 2009, auraient réellement parachevé le règlement de ce passif et ramené la paix des cœurs au sein de notre chère nation
Ambassadeur de la paix,Président du PMC Arc-en-ciel  Alassane Hamady Soma Bâ dit Balas
Arc-en-ciel
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge