Départementales: la droite et la gauche devant l’extrême droite

Nicolas Sarkozy,43 millions de Français étaient appelés aux urnes ce dimanche 22 mars à l’occasion du premier tour des élections départementales. Les électeurs de la quasi-totalité du territoire ont dû élire 4 108 conseillers départementaux, dont 3 990 en métropole. Selon des premières estimations, la droite et la gauche devancent le FN.

Les premiers résultats sont tombés à 20 heures. Le score du FN se situerait entre 24 et 26 % des voix, bien moins que ce que prédisaient les sondages pré-électoraux. En tête, l’UMP et l’UDI totaliseraient entre 29 et 32 % des voix, et les socialistes comptabiliseraient environ 20 % des voix. Les différents partis de gauche, eux, auraient conquis un peu plus de 10 % des voix.

C’était une des inconnues du scrutin. Surprise, les électeurs se sont déplacés bien plus qu’en 2011. En fin d’après-midi, près de 43 % des électeurs avaient déjà glissé un bulletin dans l’urne en fin d’après-midi. C’est plus aussi qu’aux élections européennes de mai dernier. Au même moment, l’abstention sur l’ensemble de la journée était estimée entre 48,5 % et 49,5 %, alors qu’elle était montée à 56 % en 2011. Et à 20 heures, les dernières estimations donnaient un taux de participation de 50 à 51%.

Les départements où on s’est le plus déplacé, c’est la Corse du Sud, un classique, mais aussi le département d’élection du président de la République, la Corrèze, et un bastion de gauche, les Landes. Ceux qui mobilisent le moins sont en région parisienne : les Yvelines, les Hauts-de-Seine et surtout la Seine-Saint-Denis où on enregistre à peine 28 % de participation.

Manuel Valls se réjouit que le FN ne soit pas le premier parti de France. Il appelle à la mobilisation républicaine pour faire barrage, au second tour, au parti d’extrême droite.

Au FN, on est ravi du résultat prônant que le parti est en constante progression par rapport aux dernières cantonales.

A l’UMP, Laurent Wauquiez pointe un échec personnel du Premier ministre, Manuel Valls. Nicolas Sarkozy, premier secrétaire de l’UMP, ne donne pas de consignes de vote dans les cantons où l’UMP n’est pas au second tour. « L’alternance est en marche », a-t-il déclaré.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge