Des commerçants se plaignent de l’expropriation de leurs cautions par la BMCI à cause de leur ignorance du français


Dans une démarche dangereuse, les banques opérantes en Mauritanie abusent des commerçants profitant de leur illettrisme en langue française pour bien préparer leurs coups, puisque l’homme d’affaires qui demande un crédit auprès de ces bourses, cautionne une maison à titre de garantie, en cas de non remboursement.

Mais, l’escroquerie réside dans la formulation du contrat. En effet, la banque exige au commerçant en cas d’insolvabilité de s’approprier la maison au montant convenu en commun entre les deux parties, avec la remise à l’homme d’affaires de la somme excédentaire au prix de la demeure.

Une énonciation généralement verbale qui diffère du contrat écrit en langue française où la banque s’approprie le domicile en cas de non paiement par le commerçant de ses créances vis-à-vis de la bourse.

Des commerçants ayant contacté l’agence « moustaghbel » ont exprimé leur mécontentement et leur dénonciation des filouteries par ces banques, particulièrement par la BMCI qui n’adopte pas la langue arabe dans ses prestations bancaires. Pire, la BMCI fait recours à des chemins sinueux, mettant à contribution l’ignorance des commerçants de la langue française pour leur confisquer leurs villas.

Face à cette situation déplorable, les commerçants ont appelé les autorités à intervenir pour protéger leurs intérêts de l’avidité de ces banques qui profitent des besoins exprimés par les hommes d’affaires pour mettre à exécution ces plans d’escroquerie, exigeant que les tractations soient libellées en arabe qui est la langue officielle, de sorte à être pleinement comprises par le client.

Agence moustaghbel via atlanticmedia

 

Source : Le Véridique

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Commentaires

  1. salam a écrit:

    ca commence a donner

Exprimez vous!

CommentLuv badge