Des Généraux s’invitent officieusement dans le microcosme politique en prélude des futures élections

generaux-rimweb.net

L’armée a été souvent indexée d’être la main invisible qui régente les différents  pouvoirs démocratiques mauritaniens qui se sont succèdes aux commandes du pays depuis Maouiya Ould Sid’Ahmed Taya jusqu’ à nos jours, en passant par Ely Ould Mohamed Vall, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi  pour arriver aujourd’hui à Ould Abdel Aziz et demain avec des dirigeants issus directement ou non de la Grande muette.

Pour cette fin politique, les hommes en uniforme produisent de leurs  rangs des personnalités de confiance  pour servir leurs desseins politiques et socioéconomiques, qu’elles  poussent à la démission pour déguiser leur intrusion dans les affaires publiques, le cas échéant apportent leur puissant soutien à un civil docile qui veillera à exécuter à la lettre leurs consignes.

A l’occasion des futures élections législatives et municipales, l’armée fait parler d’elle de nouveau. Des sources indiquent à ce propos que des Généraux s’activent partout dans le pays pour que les prochains députés et conseillers municipaux soient des hommes fidèles à l’armée et à son projet de société pour la Mauritanie.

C’est dans ce cadre que les Généraux Mesgharou Ould Sidi, chef d’état-major du GSSR et le Général Sultane Ould Essouad, chef d’état-major adjoint de la gendarmerie seraient actuellement à pied d’œuvre à Aioun pour imposer un candidat à la députation de la ville, vraisemblablement l’ex directeur de l’emploi M. Hamadi Ould Tibari, actuellement chargé de mission à la Zone Franche de Nouadhibou.

Toutefois, des sources indiquent que ces hauts gradés buteraient  au niet catégorique de nombreux cadres et notables de la capitale du Hodh Charghi, rendant ainsi complexe la mission des Généraux, toujours incertains de pouvoir imposer leur prétendant, alors que le chef d’état-major tenait récemment à apporter son soutien à l’actuelle ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration Mme Maty Mint Hamadi  pour le siège de député d’Aioun.

Les grognes contestatrices de cet interventionnisme discret de la Grande muette dans les affaires politiques locales se sont intensifiées ces dernières semaines, notamment après cette réunion organisée par le Général de division Mohamed Ould Mohamed Ahmed Ould Ghazouani, chef d’état-major général des armées nationales et le Général Dah Ould Mamy, directeur général des douanes dans la moughataa de Tintane pour influer sur la volonté des l’électeur et imposer des candidats précis.

D’autres Généraux et hauts officiers mènent eux aussi, suivant leurs fiefs d’orgine, comme dans la vallée du fleuve Sénégal, pour les Généraux N’Diaga Dieng, Félix Negri et Dia Oumar des manœuvres politiques souterraines pour que les futurs élus dans cette partie de la Mauritanie soient des représentants de main de la Grande muette.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind