Des membres du Gouvernement commentent les travaux du Conseil des ministres

membres du GouvernementLes ministres de l’Equipement et des Transports, M. Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, ministre des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte parole du Gouvernement par intérim, de la Fonction Publique, du Travail et et de la Modernisation de l’Administration, M. Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna et de la Culture et de l’Artisanat, Mme Hindou Mint Ainina ont commenté, jeudi à Nouakchott, les travaux du conseil des ministres tenu plus tôt dans la journée.
Prenant la parole à cette occasion, le ministre des Relations avec le Parlement et la société civile, porte parole du Gouvernement par intérim a indiqué que le conseil des ministres a examiné et adopté un certain nombre de projets de décrets et de communications dont notamment, a-t-il dit, un projet de décret fixant le régime des filiales de la Caisse de Dépôts et de Développement et deux communications dont l’une est relative à au plan d’action national pour l’élimination du travail des enfants et l’autre au programme national de développement culturel.
Pour sa part, le ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration a précisé que le plan national relatif à l’élimination du travail des enfants vient en réponse à la recommandation n° 17 de la feuille de route visant l’éradication des séquelles de l’esclavage adoptée par le Gouvernement mauritanien, l’année dernière.
Il a en outre souligné que ce plan vient aussi en réponse aux engagements du pays à propos des conventions de l’Organisation Internationale du Travail relatives à la lutte contre le travail des enfants et garantissant la présence de ces derniers dans les lieux où ils doivent normalement se trouver, à savoir les écoles, les mahadras et les centres de formation.
Le ministre a expliqué que ce plan s’articule sur cinq axes dont l’appui au cadre juridique et institutionnel de lutte contre le travail des enfants et le renforcement de capacité dans le domaine.
Il a, ajouté, qu’il comporte, également, des efforts de sensibilisation et de vulgarisation des connaissances sur les formes les plus nocives de ce phénomène.
¨Des actions directes contournant le travail des enfants seront exécutées dans un cadre de coopération, de coordination et partenariat¨, a conclu le ministre de la fonction publique.
Pour sa part, la ministre de la culture et de l’artisanat, Mme Hindou Mint Aînina, a précisé que sa communication devant le conseil des ministres porte sur un programme national de développement culturel qui s’étend sur cinq ans.
Elle a, ajouté, que la politique du gouvernement vise à faire de la culture un élément clé et déterminant dans l’instruction de la oumma, la préservation de son identité culturelle et le renforcement de l’entente entre ses différentes composantes.
La ministre a, enfin, mis l’accent sur la nécessité de l’adhésion de ce programme par les acteurs culturels et les organisations de la société civile afin de participer au développement culturel du pays.
Les ministres ont répondu, par la suite, aux questions des journalistes.

Source: Ami

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge