Désignation du Premier Ministre …Un coup de Maître

ELWELY  - RIMWEB.NET

C’est par un véritable coup de maître que le Président de la République a procédé à la nomination d’un Premier Ministre tout en dehors des personnes avancées et fortement louées par les nombreux lobbies des « cantons » politiques de la majorité et de l’opposition.

Ces lobbies qui ont coutume, hélas, de jouer dans ces choix sur la conscience des groupes communautaires encore profanes en matière de politique ainsi que sur la perception fort réduite du public en général, ont engagé et entretenu à l’état d’effervescence qui a précédé cette nomination, une propagande qui a frisé au demeurant une invocation déroutante.

Par la désignation contre leur attente du Premier Ministre Yahya Ould Hademine, le Président de la République leur a ainsi administré une belle gifle et coupé la route sur leurs projets qui même matériellement forts divergents se recoupent dans leurs visées singulières et leur volonté de maintenir prisonnier le pays dans les arrières cours de leur sérails.
.

Le Président de la République a encore bien fait de choisir un homme dont l’image n’est pas ternie par les insalubrités des périodes antérieures dont les auteurs doivent tôt ou tard être interpellés pour répondre de leurs forfaits au titre du combat engagé contre la gabegie.

N’est pas là un combat qui doit être maintenu au premier chef et poursuivi sans merci par le nouveau Premier Ministre et son Gouvernement parallèlement à l’exécution du programme électoral général annoncé par le Président réélu pou un second mandat Mohamed Ould Abdel Aziz.

Si le Premier Ministre sortant le Docteur Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a laissé à la continuité et à la postérité un excellent passif en sachant diriger de haute main le Gouvernement tout au long du mandat écoulé, il va s’en dire qu’en conséquence, la capacité de conduite dont il a fait montre a constitué un véritable laboratoire pour l’édification et la mise en place des fondements de la ‘’stabilité’’ de sa formation gouvernementale.

C’est bien là aussi une vérité de la palisse que personne ne conteste et un exploit qui a fortement contribué à stopper le phénomène désastreux du nomadisme ministériel longtemps érigé en système entre l’ensemble des départements d’une part, et à relativiser celui non moins important des nominations incontrôlées et coutumières de ministres pour satisfaire toutes les velléités politiques en ligne. Ne revient-il pas d’ailleurs à cet état des choses le constat bien établi d’un affaiblissement significatif de la forte influence des courants tribaux, ethniques, ceux se revendiquant avec un accent acerbe des droits de l’homme et de la puissante sphère des hommes d’affaires et d’une société civile mal en point. C’est suite à cette nouvelle situation que les ministres, longtemps plus symboliques que pesant, ont pu acquérir plus grande crédibilité et bénéficié, au-delà, d’une plus large marge de manœuvre dans l’exécution de leurs missions.

Il faut donc admettre, loin de toutes influences et de quelques natures qu’elles soient, que le Gouvernement du Docteur Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a réussi malgré les lacunes constatées dans certains départements et les insuffisances enregistrées ça et là tout au long de son action globale, à réaliser un grand nombre de projets significatifs par leurs tailles et pertinents par leurs impacts et ce dans un réel climat de stabilité jamais pressenti auparavant.

C’est dire donc que ces performances sont bien à mettre sur le compte de cet homme qui s’est singularisé par l’action plutôt que par la présence théorique à telle enseigne qu’il s’était volontairement éloigné du champ de mire de l’opposition. Celle-ci ne lui trouvant pas de fait sur quoi le renier va lui retenir jusqu’à son départ le seul forfait à leurs yeux d’appartenir à un système qui les excède.

Pourtant les conditions qui ont entouré le choix du Docteur Moulaye Ould Mohamed Laghdaf ne sont en rien différentes du point de l’expérimentation, du choix de son successeur Yahya Ould Hademine en ce nouveau tournant marqué par l’isolement politique volontaire de grands partis de l’opposition d’une part, et par l’entrée sur l’arène de nouveaux acteurs ainsi que l’apparition de récentes approches et visions dont essentiellement celle relative à l’aspect des droits de l’homme dans tous leurs entendements et du renouvellement de la classe politique.

Et c’est en cela donc que cette nouvelle étape entamée dans un tournant lui aussi particulier, requiert la présence sur la scène d’un nouvel homme qui aura à charge de constituer un Gouvernement lui correspondant et qui prenne en considération les exigences du pays dans l’expectative de l’entraîner avec tact et vigueur vers des horizons plus justes et le développement dans un contexte de mutation politique libre de toutes les contraintes passéistes et ouvert sans tabous sur toutes les questions nationales latentes.

Source : El Wely O. Sidi Haiba

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge