Désintox : le pénible porte-parole du gouvernement n’a jamais dit ça…

mic-lavaVoilà encore une fois 3 grands medias pris en flagrant délit d’intoxication et de recel de désinformation. Il s’agit en l’occurrence d’alakhbar, saharamedia et cridem. Le tout largement repris sur les réseaux sociaux où chacun a trouvé l’occasion  de s’indigner de l’incompétence du porte-parole du gouvernement, doublé de l’imposture de ministre de la culture.
Il est vrai que ce porte-parole n’est pas une lumière ni pour l’esprit ni pour la posture. De l’esprit il en a produit souvent soit pour dire des bêtises ou des mensonges notamment sa révélation selon laquelle les forces de sécurités mauritaniennes consommeraient 50 millions de dollars de carburant tous les 5 jours.  Ce fut dit avec sa morgue habituelle parfaitement ridicule agrémentée d’un humour du bout des lèvres qui doit certainement faire rire Aziz sinon on ne demande au nom de quel talent ce bonhomme peut-il être porte-parole du gouvernement et ministre de la culture.
Au nom de ce mensonge manifeste qui ne tient pas le temps d’un calcul à l’année, le ministre fut sur la trajectoire d’une chaussure lancée par un jeune militant qui le traita de « ministre du mensonge ». La justice ne pouvant estimer que l’insulte du jeune n’était pas fondée, estima que le jet de chaussure était bien administré même si la sandale n’a pas atteint le ministre du mensonge en question. Bilan le jeune écopa de 3 ans ferme car la liberté d’expression est permise sauf l’action sans circonstances atténuantes même vu la nature du projectile inoffensif. Il faut dire que la majorité du pays a moins de 30 ans et ce jeune pays est gouverné pour des ancêtres. Il fallait donc mater l’exemple pour jurisprudence… Sur cette lancée, 3 autres jeunes, qui ont manifesté leur mécontentement dans le tribunal, écopèrent sans autre forme de procès de 3 autres années ferme pour tenir compagnie à leur héros.
 
C’est ainsi que le porte-parole du gouvernement est devenul’incarnation de l’injustice et de l’incompétence au titre de porte-parole du gouvernement, ceci expliquant certainement cela.
La nouvelle affaire commence quand, selon les 3 grandsbousiers, repris par d’autres,  le ministre qui vaut 50 millions de dollars de mensonge a déclaré que la journaliste qui a reçu Birame à la télé officielle burkinabé a été licenciée.
Indignation généralisée suivie d’une explosion de commentaires dès que la journaliste réapparut le lendemain faire son JT comme d’Habitude. Partout on cria au mensonge du ministre vu que son pedigree le disposait déjà à pareille bêtise surtout à propos de mensonge.
Quelques clics sur le net permettent de retrouver le fil de l’intoxication collective.
D’abord Alakhbar repris  et traduit par Cridem titre aujourd’hui « réapparition sur le petit écran de la journaliste burkinabé déclarée licenciée par Nouakchott »
Comme eux, employant « La » à la place de « Le », saharamedia annonce la même bêtise car comme l’a rapporté l’agence mauritanienne d’information, le ministre du mensonge carburantesque  «  a également rappelé que le président de l’IRA a effectivement été reçu au Burkina Faso, dans un média officiel mais que le ministre burkinabé de l’information s’en était excusé auprès de la ministre déléguée, et le journaliste qui a été à l’origine de son accès à ce média officiel a été relevé de ses fonctions. »
Ainsi il est question d’un journaliste et non d’une journaliste, ayant été à l’origine de l’accès de Birame au média d’état burkinabé or la journaliste, qui n’est d’ailleurs pas n’importe qui au Burkina, ne peut inviter quelqu’un au JT de la télé officielle, elle ne peut que recevoir… Donc si quelqu’un a été licencié, ce ne peut être que le journaliste dont parle le ministre du carburant et non la journaliste annoncée partout comme licenciée par Alakhbar, traduit par cridem et même saharamedia qui utilise «  La » à la place de  » Le  » 
« A propos de l’interview réalisée par la chaîne officielle burkinabaise avec le président d’IRA, le ministre a précisé que le ministre burkinabais des affaires étrangères a appelé la ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération chargée des affaires maghrébines, africaines et les mauritaniens de l’étranger pour s’excuser pour ce qui s’était passé, ajoutant que la journaliste qui a réalisé l’entretien avait été licenciée de la télévision. »
Cette intoxication a été ânonnée jusqu’aux apprentis journalistes pro-pouvoir qui s’en sont félicités
et même dans la sous-région par d’autres zigs de la profession
http://jotay.net/burkina-faso-une-journaliste-de-la-tele-licenciee-pour-avoir-recu-comme-invite-du-jt-biram-dah-abeid-de-lira/
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge