Deux ans de prison ferme: Une farce judiciaire pour régler des comptes en Mauritanie

farce judiciaireLa justice répressive de la république Islamique de Mauritanie ,connue par sa dépendance au pouvoir exécutif vient d’inscrire une nouvelle bêtise juridique dans son palmarès d’injustice et d’incohérence, en inscrivant en gros caractère le nom de la Mauritanie comme toujours dans les pays de non droit et peu respectueux des Droits de l’homme.
L’illustration vient d’être faite à travers une fallacieuse condamnation intentionnelle, honteuse à tout point de vue. Le 15 Janvier 2015,le tribunal de Rosso dans le sud du pays a condamné trois militants des droits de l’Homme Mr Biram Ould Dah Ould Abeid, Mr Djiby Sow et Mr Brahim Ould Bilal a deux ans de prison ferme pour avoir initié une caravane de dénonciation des expropriations des terres de la vallée et de l’esclavage foncier auxquels sont victimes les populations.
Force était de constater que cette marche pacifique était autorisée et encadrée par les autorités sécuritaires du pays de Boghé à Rosso. Le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz pour régler ses comptes avec ses adversaires politiques , instrumentalise la justice pour obtenir de celle ci la condamnation de trois militants qui n’ont commis aucun délit si ce n’est défendre les opprimés et les permettre le minimum de survie qui leur restait c’est à dire leurs terres, leur seul patrimoine.
La coordination des anciens militaire Mauritaniens en exil (CAMME) condamne avec énergie cette farce judiciaire qui ne s’appuie sur aucun motif ni preuve pour mériter une telle condamnation.
Elle invite le pouvoir à renoncer à cette condamnation sans fondement et de rétablir ces prévenus dans leur droit sans délai. La CAMME considère que ces condamnations ne sont que le fruit d’un règlement de compte politique car ne correspondent pas à la réalité des faits reprochés ou évoqués.
Fidèle à la cohésion nationale, à l’égalité entre les citoyens Mauritaniens et engagée à ce que la justice et le droit reviennent en Mauritanie, la CAMME restera mobilisée face à cette injustice et utilisera tous les moyens légaux pour soutenir et obtenir la libération de ces militants innocents et patriotes.
Elle demande à l’ensemble de ses militants de rester soudés et mobilisés pour que la promotion des droits humains soit une réalité et que l’esclavage et le racisme soient complètement vaincus en Mauritanie malgré la complicité de l’état pour l’entretenir et la faire perdurer par la répression et le viol des consciences.

Source :  CAMME

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge