Dialogue national

DialogueLa constitution de l’étrange République Islamique deMauritanie ne prend pas globalement en charge l’essentiel des problèmes posés par l’édification d’un Etat-Nation c’est à dire un Etat démocratique,de justice,d’égalité qui non seulement prend en charge la question nationale mais donne les mêmes chances à toutes les composantes du pays donc à toutes les langues,les cultures et les catégories sociales,et qui également reconnait et respecte tous les Droits individuels et collectifs;ce qui n’est pas le cas depuis 1958.
Et pourtant l’histoire nous recommande de ne jamais oublier ce que les citoyens ont vécu durant plusieurs décennies(…). Cela dit l’écrasante majorité des mauritaniens reconnait que le pays se trouve dans une profonde crise dont les origines sont diverses et variées,d’où la nécessité d’organiser un dialogue national inclusif.
Si réellement le dialogue est sincère,le pouvoir doit donner des signaux forts:
1)s’engager devant le peuple qu’il n’y a pas de ligne rouge;
2)libérer les prisonniers d’opinion notamment Biram Dah Ould Abeid président d’IRA, Brahim Ould Bilal son vice-président et Djiby Sow président de Kawtal(qui était en liberté provisoire);
3) reconnaître tous les partis politiques dont les dossiers se trouvent au Ministère de l’Intérieur;
4)prendre l’initiative de créer sans délai une Structure de Concertation et de Consensus formée des représentants:
*des partis politiques
*des ONG des Droits de l’Homme
*des syndicats
*des personnalités religieuses
*des intellectuels
*des personnalités indépendantes
*des forces de défense et sécurité
*de la presse
*de la diaspora
Cette Structure aura pour Rôle de:
a) recenser tous nos problèmes nationaux notamment les problèmes pendants tels que la cohabitation,l’esclavage et ses séquelles, l’enrôlement biométrique,le terrorisme,la politique extérieure,la place des forces de sécurité au sein de la République.
b)rechercher des solutions consensuelles à ces problèmes.
c)faire légitimer ces solutions consensuelles par le peuple mauritanien et par référendum
d)faire de ces solutions consensuelles légitimées par le peuple mauritanien,notre Loi Fondamentale  donc notre nouvelle Constitution : celle qui va remplacer notre Constitution actuelle En outre,je demande:
-la suppression du Sénat
-le redécoupage du territoire national en tenant compte des paramètres d’ordre social,linguistique,culturel et économique avec la suppression des postes des walis (gouverneurs) et le renforcement des pouvoirs des Hakems (préfets) qui désormais ne seront plus nommés par le pouvoir central mais élus directement par les populations locales.
En fin,j’appelle le peuple mauritanien à être vigilent et à suivre de prés les différentes étapes du dialogues afin que les questions électorales qui sont secondaires par rapport aux différents problèmes qui assaillent notre pays,ne dominent pas les débats.
Ousmane Amadou Dia, Prof
(Membre du Comité Exécutif du PLEJ ayant suspendu toutes ses activités au sein dudit parti depuis Mai 2014)

Source : Mauritanies1

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge