Don de L’ONG Direct AID à 163 familles mauritaniennes

DIRECT-AID5

Trois ONG Mauritaniennes  (ADPDH, ABSER, ASMELM) ont procédé à la distribution de don alimentaire de Direct AID au profit de 163 familles démunies ce 23 juin au 6e.

Au total, Direct AID présente en Mauritanie depuis 2008 a fait dont de 17 sacs de riz, 21 cartons d’huile, et 8 sacs de sucre à 3 ONG dont  l’Association pour le développement et la Promotion des Droits humains (ADPDH), Association pour la Santé de la Mère de l’enfant et la lutte contre la malnutrition(ASMELM) et Association de Bienfaisance pour le soutien aux enfants de la rue(ABSER) . Face aux difficultés d’accès souvent au financement, ces associations « bousculent » souvent les partenaires afin de venir en aide à des populations vulnérables notamment durant le carême.

Les 163 familles dont la situation est jugée « précaire » selon Hawa Sidibé présidente de l’ADPDH. Des familles bénéficiaires qui proviennent de Dar naim, Arafat, Ryad, El mina et Sebkha. Elles ont reçu des denrées alimentaires en guise de soutien durant ce mois béni de ramadan dans le cadre de l’activité humanitaire de l’ONG Koweitienne qui  offre chaque année un don de rupture du jeûne à 6000 familles mauritaniennes. L’ONG donatrice  qui estime son estime son investissement à ce jour à 4 milliards d’UM d’investissement procède en outre à la distribution de 2000 moutons pendant chaque Takaski en Mauritanie.

La pauvreté saute aux yeux à Nouakchott

L’extrême pauvreté sévit belle et bien dans la capitale mauritanienne. Cette pauvreté qui « se multiplie à Nouakchott » selon Hawa Sidibé a pour conséquence la délinquance notamment juvénile, l’insécurité ou encore le divorce. Cette dernière pour donner du poids à ses propos va jusqu’à dire que « des gens cuisinent souvent des poulets pourries faut de moyens ». Une façon de dire que la pauvreté saute aux yeux dans la capitale des milles poètes. Une réalité de vulnérabilité qui s’explique notamment par « l’exode massif » sur la capitale constate ainsi  Aminetou Mint Sidi présidente de l’ASMELM.

Cette distribution a été l’occasion d’évoquer par ailleurs la vulnérabilité des femmes. Ainsi selon Aminetou Mint Sidi de L’ASMELM : « Il faut aider les femmes à avoir un métier, à être indépendante, à travers la mise en place d’activité régénératrice de revenus car la femme est le pilier de la famille » conclut t-elle.

Au delà de ce soutien ponctuel durant ce mois béni, de telles actions doivent être pérennisé afin de soutenir ces genres de bénéficiaires pour qui  « ce soutien est toujours utile car tout est chèr pour les familles pauvres ». Une conviction partagée par Aminetout Sylla présidente Association de Bienfaisance pour le soutien aux enfants de la rue(ABSER) créée en 2008. Elle dont l’Association offre une aide de ce genre pour la 1er fois estime que « cette distribution n’est pas suffisante mais cela vaut mieux que l’inaction » dit-elle.

 

Awa Seydou tra

RIMWEB

RIMWEB VOUS Y MENE EN IMAGES………….

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind