Dr Kane Hamidou Baba, président de la commission communication du Forum pour la Démocratie et l’Unité et président du Mouvement Pour la Refondation :

‘’Les participants au Forum auront à élaborer une plateforme sur les conditions d’une élection présidentielle transparente, crédible et consensuelle’’

 MPR-KANE_rimweb

Le Calame: L’opposition auxquelles se sont joints des  acteurs de la société civile, des  syndicats et des  personnalités  indépendantes  ont décidé de tenir  un forum  pour  discuter de la tension  politique que vit le pays. Pourquoi ce forum  au lendemain des municipales et législatives et à quelques encablures de la présidentielle?

Dr Kane Hamidou Baba : Il est aujourd’hui reconnu par tous, aussi bien de la part de ceux qui ont participé à ces fameuses « élections », que de ceux qui n’ont pas participé au simulacre, que justement ces consultations électorales, au demeurant controversées et non consensuelles, ne reflètent pas la physionomie du paysage politique réel. Le seul « mérite » de ces élections est de nous avoir enfoncés davantage dans une crise politique qui dure depuis cinq ans ! Alors qu’on fait des élections pour régler des problèmes, dont la légitimité des institutions, les élections de novembre-décembre 2013 constituent un facteur de complication, de division.

Notre recul démocratique est également connu de tous. Et cette situation n’est pas sans rappeler celle des années 90. Ce Forum est donc l’expression d’une volonté de refuser la fatalité, du retour en arrière et de la médiocrité. C’est pourquoi, des patriotes de tous bords qui se sont reconnus, se sont retrouvés pour éviter que la présidentielle soit celle de tous les dangers. On sait également que le contexte national et régional est lourd de menaces, aggravées par une gouvernance mal inspirée et un manque de vision.

Ce forum vise à renouer le dialogue avec le pouvoir après une rupture  ayant culminé avec le boycott  par l’opposition des élections de novembre et décembre. En quoi le  timing choisi est-il plus propice que celui d’octobre dernier ?

 

Le Forum n’a pas pour vocation de renouer le dialogue avec le pouvoir ; d’autant plus qu’il n’y sera pas. En revanche, les participants au Forum auront à élaborer une plateforme sur les conditions d’une élection présidentielle transparente, crédible et consensuelle. Le Forum aura également à aborder les questions d’intérêt national, dont la recherche de solutions durables aux problèmes de l’unité nationale et de la cohésion sociale. Alors, vous me demandez en quoi le timing choisi est-il plus propice que celui d’octobre dernier ?

En octobre dernier, le pouvoir avait sous-estimé les capacités de résistance de l’opposition à participer à une mascarade pensant que de toutes les façons, elle finirait par aller aux élections. Il est probable que l’Opposition aussi avait sous-estimé l’entêtement du pouvoir dans la bêtise. Nous entendons bien ce que disent les laudateurs. Mais, l’Opposition boycotteuse n’est pas sortie affaiblie de ces élections, c’est le pays qui en sort affaibli ; le pouvoir avec. Quoiqu’en pensent certains, les élections législatives et municipales ne sont pas encore derrière nous, mais devant nous. Il faut simplement regretter le gâchis.

Il y a aujourd’hui de nouveaux éléments qui militent en faveur d’un dialogue plus sérieux. Outre le constat du retour en arrière et la peur d’une sanction collective de l’Histoire, notre pays a été honoré en recevant la Présidence de l’Union Africaine. Cela exige une certaine tenue. Or, aucun ministre, aucun gouvernement, ne pourra faire une bonne politique extérieure, sans une bonne politique intérieure.

 

En décidant de s’engager dans ce qui pourrait conduire à un dialogue avec  le pouvoir, l’opposition  ne serait-elle pas en train de  prouver  son  incapacité de créer un rapport  en sa faveur pour « dégager Aziz » ou par des élections ou par la rue?  

 

La position du MPR sur la question du dialogue est constante. Pour nous, le dialogue n’est pas une affaire de circonstance, mais il doit être une forme de civilisation. Nous l’avions défendue lorsque nous étions à la Majorité et c’est bien le défaut de dialogue qui a été à l’origine de notre retrait de la Majorité. Nous avions également toujours dit que nous ne croyons pas à un pouvoir gagné par la rue. Les exemples ne manquent pas pour nous démontrer qu’un pouvoir gagné par la rue, se perdra également par la rue. Hier comme aujourd’hui, nous restons attachés à des élections transparentes, crédibles et consensuelles.

 

Considérez-vous la rencontre intervenue récemment  entre le Premier ministre et le leader de l’UFP, Mohamed Maouloud  comme un pas positif  pour l’amorce du dialogue?

 

Si cette rencontre va dans le sens que je viens d’indiquer, c’est assurément une bonne chose…  

 

 

Sous peine de se dédire, le Pouvoir ne peut pas – enfin- appeler à la recherche d’un consensus et refuser des garanties pour que les élections soient consensuelles. Dans une telle hypothèse, il aura décidé d’aller à l’aventure. Nous ferons face.

 

L’idée d’une candidature unique pour la prochaine présidentielle est dans l’air depuis quelque temps.  Le président de Tawassoul, Jemil Mansour, a  laissé  entendre, au cours d’une rencontre avec la presse que son parti  y œuvrera. Cette épineuse question sera-t-elle évoquée lors de vos assises ?

 

Le Forum n’a pas vocation à trancher la question des candidatures, mais ce point pourrait tout juste être évoqué. Pour ma part, je ne pense pas qu’une candidature unique soit ni possible, ni souhaitable. Il faut plutôt envisager des candidatures utiles. La classe politique n’est que le miroir de notre réalité sociale, au demeurant éclatée. Le Forum cherche avant tout à s’accorder sur une vision, une plateforme et un plan d’action ou un programme communs. C’est déjà une grande ambition pour notre pays.

 

Outre des garanties pour une «élection présidentielle crédible », contrairement donc  à ce qui s’est passé, selon la COD, en novembre et  décembre dernier, qu’attendez-vous de  plus  du pouvoir pour être véritablement rassuré?

 

De l’avis même de la quasi-totalité de ceux qui ont participé auxdites élections, elles n’étaient ni transparentes, ni crédibles. J’avais soumis en octobre dernier une feuille de route dont les éléments restent d’actualité, mais je n’ai pas de complexe de droit d’auteur. Le consensus doit être le maître-mot pour tout dialogue sérieux.

 

Ne craignez-vous pas  de vous enliser dans les  discussions  alors que le pouvoir, lui, consacre ce temps à préparer la  présidentielle, comme cela s’est passé en octobre dernier, lorsque la COD a accepté de négocier avec le pouvoir  alors que celui-ci  mettait  en exécution son agenda  du 23 novembre ? 

 

Votre question suggère la duplicité du pouvoir. Nous lui laissons cette responsabilité. Je vous ai cependant dit que le contexte est différent. Nous irons au dialogue en gardant un œil ouvert sur les agissements du pouvoir.

 

Souhaitez-vous que les partis de la CAP intègrent le forum ?

 

Ma réponse est oui, absolument oui. Je les y invite cordialement et je crois traduire le sentiment de toutes les parties prenantes du Forum.

Propos recueillis par Dalay Lam

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge