Droit de réponse à M. Kheloua Claude Nordin, gérant du Carrefour de la République Islamique de Mauritanie (C.R.I.DE M)

DR O.MAH
Le 17 décembre 2013, vous avez repris, dans votre site, cridem ‘’une réaction’’ que j’ai accordée au journal Le Calame, à l’occasion de la mort de M. Nelson Mandela. A la 1696ème lecture, les 24 des 25 ’’commentaires’’ dont cette réaction est sensée avoir fait l’objet, attirent de ma part les remarques et suggestions suivantes :

Si j’ai écrit ‘’commentaires’’ entre griffes, c’est parce qu’il n’a jamais était question de commentaires en vérité. Ces prétendus commentaires ne se sont jamais référés au texte lui-même, essentiellement consacré à des extraits de la lettre de M. Ibrahima Moctar Sarr.

Ce sont plutôt des injures, des attaques personnelles, diffamatoires, obscènes et indécentes ; à les lire on se demanderait si elles pouvaient appartenir à des êtres normaux.

Notre doute est renforcé par le fait qu’aucune injure, aucune attaque personnelle diffamatoire, obscène et indécente n’est signée d’un nom qui appartiendrait au dictionnaire des noms qui seraient issus de cette culture arabo-négro-africaine à laquelle appartiennent les Mauritaniens. Jugeons en : GERONIMO, TOULELINQUE, BETEBETE, HAMADEL, MIRROR2000, PYRANHA, KELETGUI, JUIF53, COSINUS, LEGUINOLM …ETC.

Je suis plutôt enclin à vous incriminer personnellement, Monsieur Claude, connaissant les pratiques, les manipulations, utilisées pour les commentaires qui ne vous conviennent pas quand ce n’est pour en créer. Personnellement, je ne vous ai jamais demandé de me publier quoique ce soit, pour la simple raison que je connais les conditions dans lesquelles votre site a vu le jour : vous avez d’abord commencé par être un ‘’chasseur de têtes’’ d’’officiers mauritaniens qui auraient commis des crimes contre l’humanité’’.

Ensuite vous avez fait un virage de 180°, pour ficeler un projet plus ambitieux et plus louable : ’’la Mauritanie Réconciliée’’ que vous avez abandonnée par la suite. Tout comme je connais également certaines des personnes qui seraient derrière le site et leurs états d’âme quand elles lisent ce qui ne correspond pas à leur façon de voir les choses se passer dans notre pays, en dépit d’une apparence qui inspire plutôt tout le contraire.

M. Claude, Encore une fois, tout le monde connait les garde-fous qui entourent le fonctionnement du CRIDEM : pour avoir le droit d’envoyer des articles ou de les commenter, il faut être un abonné (un parcours de combattant). Aux noms des ‘’commentateurs’’ (qui peuvent parfois ne pas exister) on substitue des mots inintelligibles.

Les abonnés de bonne foi, ont vu souvent leurs mots de passe modifiés et l’accès au Carrefour de la République Islamique de Mauritanie (CRIDEM) interdit, parce que leurs commentaires ne sont pas dans la ligne du site auquel vous tenez à imprimer une tension interethnique depuis que vous avez renoncé à une ‘’Mauritanie Réconciliée’’.

Votre site est en réalité un club privé, sans en avoir le statut et dont les videurs (de ceux qui se hasarderaient à y pénétrer) sont vos fameux ‘’commentateurs’’. A bon escient, vous avez ainsi établi une discrimination au sein des lecteurs : ceux qui ont le droit de ‘’commenter’’ les articles et ceux qui n’ont pas ce droit. Et je me demande si juridiquement vous avez ce droit de créer ou de reproduire des commentaires sous forme d’injures, d’attaques personnelles diffamatoires, obscènes et indécentes dont les noms des auteurs sont masqués.

Ce serait très naïf, de votre part, de penser mettre vos ‘’commentateurs’’ à l’abri des poursuites judiciaires, et de croire vous prévaloir de la loi de dépénalisation des journalistes mauritaniens. Pour bénéficier des dispositions de cette loi, deux préalables sont exigés, même s’ils ne sont pas difficiles à obtenir en Mauritanie : avoir la qualité de journaliste et être mauritanien.

Du 17 décembre 2013, à 17h 55, au 19 décembre, à la même heure, cette ‘’réaction’’ à la mort de Nelson Mandela a été lue 1696 fois. Un texte visité autant de fois est la marque certaine de l’intérêt qu’on lui porte ou qu’il suscite. Il y a, à n’en pas douter, parmi ces 1696 lecteurs, plus de 24 qui ne partagent pas le point de vue de vos ‘’commentateurs’’ et qui auraient voulu eux aussi réagir, mais la possibilité ne leur a pas été donnée.

Dans l’attente de voir ce droit de réponse publié dans votre site, recevez nos salutations distinguées.

Dr. Mohamed Mahmoud Ould Mah

—————————–

Droit de réponse

Dr Ould Mah,

Je suis étonné d’une part par le titre de votre soumission « Droit de réponse » qui n’a aucune raison d’être, car je n’ai jamais écrit quoi que ce soit sur votre personne, d’autre part de votre profonde méconnaissance de Cridem que vous prétendez pourtant connaitre, on ne sait par quel miracle. Je vais donc vous répondre sur quelques points.

Concernant cet article, il m’a été envoyé par mail par Monsieur Balla Ly du quotidien Nouakchott Info le 17/12/2013 à 13h41 très précisément, tout comme il m’a toujours demandé de publier sur Cridem vos précédentes  »interviews » que vous accordez en général à Nouakchott Info. (le mail est à votre disposition)

Concernant l’histoire de Cridem, ce site a été créé en décembre 2003 en collaboration avec Monsieur le Ministre Diop Moustapha pour dénoncer un SYSTEME dictatorial avec tous ses travers, et aussi pour permettre à des « sans voix » de s’exprimer.

Cridem, et non pas Claude, a permis à des centaines et plus tard à des milliers de citoyens mauritaniens de s’exprimer librement. Cridem est et a toujours été une plateforme de dialogue entre mauritaniens sans la moindre intervention de ma part dans le contenu des articles contrairement à ce que vous affirmez sans en apporter la moindre preuve.

Après le coup d’état de 2005, puis la période de transition de 19 mois, en avril 2007 un Président de la République a été démocratiquement élu. C’est à ce moment là que Cridem a pris très naturellement un virage. La « Convergence Républicaine pour l’Instauration de la DEmocratie en Mauritanie » est devenu le « Carrefour de la République Islamique DE Mauritanie ».

Docteur Ould Mah, pour votre information, car vous semblez totalement méconnaitre notre ligne éditoriale, nous faisons une revue de la presse francophone mauritanienne et ce qui parait sur le portail n’est donc que l’expression de la presse nationale. Moi, Claude, je n’écris rien, je ne suis que le webmanager du site.

A cela s’ajoute quelques « libre-expression » de citoyens mauritaniens qui sont uniquement gérées par un modérateur mauritanien qui a toute latitude pour cela. La seule et unique consigne qu’il a, c’est de faire respecter la charte Cridem !

Concernant les soi-disant garde-fous, ils prouvent simplement votre totale ignorance du fonctionnement d’un site électronique et des lois qui nous sont « imposées ». Toute personne qui soumet un article ou qui fait un commentaire doit pouvoir, THEORIQUEMENT, être identifiée, ce qui veut dire que nous devons posséder son adresse email, ainsi que son IP de connexion lors de la soumission ou du commentaire. Cela répond également à ce que vous dites dans votre avant dernier paragraphe.

Cela étant dit, passons au soi-disant « parcours du combattant » selon votre expression, la création d’un compte pour devenir membre. En passant, je vous signale qu’il y en a 25.709 à ce jour qui l’ont passé avec succès… .

Il est demandé à la personne d’indiquer un nom (pseudo), un mot de passe, son genre (H ou F), son adresse email et de reproduire un code image composé de 6 caractères, puis de valider. Ensuite il reçoit un mail à l’adresse qu’il a indiqué contenant un lien sur lequel il doit cliquer pour valider son compte. C’est tout !!! Quel parcours du combattant, n’est-ce pas ? Nous avons de jeunes adolescents sur le site qui ont réussi ce parcours du combattant malgré leur jeune âge…

A partir de là, chaque membre peut soumettre un article ou faire un commentaire directement sur le site* et même, contrairement à ce que vous affirmez encore une fois à tort, par un simple mail. La preuve, votre interview nous a été soumis par Monsieur Balla Ly par un simple mail sans qu’il ne soit obligé de passer par la case « parcours du combattant« . Monsieur Khattat de Nouakchott Info fait de même lorsqu’il veut faire passer un article sur Cridem… Et vous même, comment m’avez-vous fait parvenir votre ce que vous appelez « Droit de réponse » ?

Point suivant. Vous osez affirmer et je vous cite, ce qui est d’ailleurs une affirmation à caractère diffamatoire, « Les abonnés de bonne foi, ont vu souvent leurs mots de passe modifiés et l’accès au Carrefour de la République Islamique de Mauritanie (CRIDEM) interdit« .

Docteur Ould Mah, jamais aucun compte abonné n’a été « blacklisté » et jamais le moindre mot de passe n’a été modifié sur Cridem; je vous défie de prouver le contraire ! En passant, je vous signale que tous les mots de passe sont cryptés dans la base et même moi je ne peux les connaitre. Permettez-moi donc de vous dire que ce vous affirmez est bien pire que ce certains membres ont écrit dans leur commentaire, car vous vous affirmez sans savoir, alors qu’eux semblent vous connaitre, certains vous ayant même eu comme professeur à l’université…

Tout le reste de votre simili « Droit de réponse » qui n’a aucune raison d’être, est simplement une attaque contre Cridem et ma personne, et ne présente vraiment aucun intérêt, car ce n’est qu’une simple opinion ou une tentative d’intox parmi quelques autres, qui ne repose sur rien de réel et concret. Sujet clos en ce qui me concerne, les polémiques stériles ne sont pas ma tasse de thé.

Salutations,

Kheloua Nordin alias Claude K.

PS : aux éventuels membres qui voudraient faire un commentaire, s’il vous plait, exprimez-vous en des termes qui respectent la charte des commentaires, sans quoi ils ne seront pas validés

* pour votre information, tous les commentaires et les soumissions, validés ou non, sont conservés dans la base du site et répertoriés automatiquement sous un numéro chronologique attribué par MySQL. Il est donc très facile de démontrer que vos affirmations sont mensongères en ce que des commentaires seraient censurés lorsque, soi-disant, ils ne me conviendraient pas.

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge