DSK: 6 millions de dollars à Diallo? Démenti des avocats

Dominique Strauss-Kahn devrait verser « 6 millions de dollars » à son accusatrice Nafissatou Diallo dans le cadre d’un accord à l’amiable, a affirmé vendredi le journal Le Monde, un chiffre démenti par les avocats de l’ex-patron du Fonds monétaire international.

« Dominique Strauss-Kahn, qui s’est rendu lui-même à New York à plusieurs reprises ces derniers mois, a confié à plusieurs de ses proches que les éléments principaux de l’accord avaient fini par être trouvés à la fin de l’été », écrit le quotidien français dans son édition datée de samedi.

Le Monde ajoute que « selon ses confidences, il devrait verser 6 millions de dollars (4,64 millions d’euros) à celle qui l’accuse d’agression sexuelle », réunis pour moitié via un emprunt bancaire et pour l’autre moitié par un prêt d’Anne Sinclair, dont il est séparé depuis le printemps 2012.

Démenti
Il s’agit d' »informations fantaisistes et erronées », ont réagi ses avocats français, en indiquant les démentir « vigoureusement ». « Ni Dominique Strauss-Kahn ni ses avocats n’entendent commenter la procédure en cours aux Etats-Unis », ont précisé dans un communiqué Me Frédérique Baulieu, Richard Malka et Henri Leclerc.

Le quotidien New York Times avait affirmé plus tôt que Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo seraient parvenus à un accord financier qui, s’il est signé, mettrait fin à 18 mois d’une formidable saga judiciaire aux Etats-Unis.

Rappel
Nafissatou Diallo, 33 ans, avait porté plainte au civil contre DSK le 8 août 2011, pour obtenir des dommages et intérêts. Elle l’accusait de l’avoir contrainte à une fellation dans sa suite de l’hôtel du Sofitel le 14 mai de cette même année.

Dominique Strauss-Kahn, 63 ans, a reconnu une brève relation sexuelle « inappropriée » avec la femme de chambre guinéenne qu’il ne connaissait pas, mais a démenti toute violence ou contrainte.

Une plainte au pénal avait été abandonnée le 23 août 2011, le procureur ayant des doutes sur la crédibilité de Mme Diallo en raison de mensonges répétés sur certains aspects de sa vie.

L’affaire avait contraint DSK à démissionner du FMI le 18 mai 2011, et avait aussi mis fin à ses ambitions présidentielles en France.

Source : 7sur7

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind