Eau : Comment notre pays en détruit dans notre Delta annuellement la valeur 6.307.200 milliards d’UM ?

sidina_300x200Pour un pays qui subit la famine,  la soif et le chômage,  la réponse à cette question est importante.
Prenez votre calculatrice et suivez moi  dans ma démonstration : Deux petites hypothèses et une conclusion.
Hypothèse 1 : dans le terroir pour sortir de l’eau du sous sol nous dépensons actuellement dans  un forage qui débite une  moyenne de 10 m3/h un montant de 10 millions d’Ouguiyas soit un coût de 1million d’UM  au m3 , sur un rapport de 10 millions d’UM sur 10 m3.
Hypothèse 2 : Depuis la construction de la digue Rive droite du Barrage de Diama dans le Delta en 1990 nous maitrisons par les 8 ouvrages  vannés (annexe du Barrage) de 200m3/s sans pompage soit  6.307.200.000m3/an résultat du calcul de : 200m3 X 3600(s) X24(h) X365(j).
Conclusions : 1- La valeur des 200 m3/s d’eau est donc de : 1000.000 UM/m3 X 6.207.200 (m3)= 6.307.200 milliards d’UM/an.
2- Dans l’hypothèse qu’un ha de céréale, coton, ou légume à besoin de 6000m3/an ce potentiel hydrique pour la maitrise duquel on s’est endetté  peut irriguer irriguer 1.051.200 ha pouvant créer du travail à toute la population de Mauritanie et pays riverains et  apporter une recette qui dépasse toutes les recettes réunies de nos ressources minières et halieutiques pillées de l’extérieur.
Notre pays a opté depuis la création du Parc de diawling en 1991 à l’affectation de ces eaux à l’engraissage des oiseaux migrateurs  des parc européens et d’affecter le reste à l’océan Atlantique  dont les moindres effets sont aujourd’hui de menacer la disparition sous les eaux du fleuve et de l’Océan de la ville de Saint Louis qui subit annuellement une forte et croissante érosion dans ses berges (langue  de Barbari) du fait de la non exploitation de la Mauritanie de ce potentiel hydrique exceptionnel.
3- La contrainte  à la mise en valeur de ces eaux: Cela fâchera ceux qui nous prédestinaient hier et depuis 1960 au sous développement perpétuel et à la dépendance économique pour leur offrir à vil prix nos matières premières minières et pour constituer un marché à leur production industrielle et agricole et nous prédestine aujourd’hui à la guerre civile sous le prétexte de la démocratie mais fâchera surtout les défenseurs nationaux et internationaux de l’affectation de ces eaux aux oiseaux des Parcs européens migrateurs chaque année vers l’Afrique du Sud qui y trouvent un site idyllique de repos et de transit  durant la période de gel de l’Europe.
Cheikhany Ould sidina
Expert en développement
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge