Ebola a bel et bien un remède

 

sidi hamadyDepuis l’antiquité, le continent africain et asiatique connaissent des maladies de toutes sortes. Certaines ont pu trouver leur vaccin approprié, d’autres, non. Tous ces vaccins ont été mis sur pied par des chercheurs occidentaux. La recherche scientifique appartient aux pays développés car, elle dépend en grande partie, du développement économique. Les monarchies pétrolières du Golf ont toujours une balance commerciale excédentaire, mais leur économie est dépendante d’une seule source. Contrairement à l’Occident qui a décentralisé son économie et a développé ses secteurs clés comme l’agriculture, l’éducation, la santé et l’énergie.

Le choléra était confié au sous continent indien jusqu’en 1817. La première pandémie a envahi l’Asie, le Moyen Orient et une partie de l’Afrique. Le traitement efficace est l’éducation sanitaire qui est atteinte en Occident à cause du développement économique. Le vaccin anti cholérique n’est pas efficace et n’a pas besoin de l’être car le choléra n’existe point en Occident.

La diphtérie était la plus grande cause de mortalité, au 19ème siècle, en France, faisant plus de trois milles morts par an. Un vaccin efficace a été retrouvé pour cette tare dévastatrice.

La syphilis avait atteint une grande partie de la population Anglaise au 8ème siècle. Les deux tiers des squelettes au cours des fouilles présentaient des déformations osseuses typiques du 3ème stade de la syphilis. Et pourtant des célébrités ont été touchées par cette maladie ; je peux citer Christophe Colomb, Napoléon 1er, Beethoven, Abraham Lincoln, Darwin, Charles Baudelaire… Mais l’Occident regarde toujours le côté économique et ne fait jamais des dépenses inutiles surtout que cette tare est presque éradiquée de son territoire.

Le paludisme est la première cause de mortalité infantile en Afrique et en Asie. Le parasite a été découvert dans une base militaire française à Constantine, en Algérie,au 19ème siècle. Dans ce dernier, aucun cas n’a été signalé en ce jour, à plus forte raison en France. Le paludisme n’existe point en Europe et aux États-Unis d’Amérique, le vaccin aussi.

D’autres maladies ont été toujours fait rage en Europe et ne peuvent pas être contrôlées, c’est le cas de la poliomyélite, la coqueluche, l’hépatite virale type B, la fièvre typhoïde… leurs vaccin sont disponibles.

Celui de l’hépatite B (Euvax B), a été conçu grâce aux recherches financées par la firme Sud Coréenne LG et la licence a été achetée par le laboratoire français Pasteur qui est un sous groupe du géant pharmaceutique Sanofi Aventis. J’ai eu l’honneur d’être son représentant exclusif de 2007 à 2008 en Mauritanie. La Corée du Sud est un pays du tiers monde mais qui a su s’organiser économiquement et son économie dépasse de loin celle des pays de l’Afrique noire réunis.

Le virus Ébola est une maladie mortelle. Sa première épidémie remonte en 1978 au Zaïre faisant 280 décès sur 318 personnes contaminées. Puis le Soudan a été touché en 1978 et 1979. Aux États-Unis d’Amérique, précisément en Virginie, elle a touché des singes d’une animalerie sans mortalité humaine.

Dans l’Ouest africain, elle a fait son apparition en 2014, faisant plus de 1800 morts jusqu’à ce jour.

Les frontières ont été fermées entre différents pays de la sous région causant des dégâts économiques inestimables. La peur jonche tous les esprits, les états d’urgences instaurés.

Quand, d’un coup, deux Américains travaillant dans la zone contaminée ont été atteints par ce virus. Les États-Unis ont dépêché un traitement qu’ils ont qualifié d’essai et ce dernier a pu sauver ces deux ressortissants occidentaux. C’est un miracle ! Ce virus qui existe depuis trois décennies a pu trouver un remède en quelques heures quand deux ressortissants d’une grande puissance ont été touchés par cette maladie mortelle. Qui peut les croire ?

Le traitement existe bien mais l’Occident n’est pas encore touché.

L’Afrique doit s’organiser et se stabiliser pour retrouver, en chemin, les communautés en avance sur elle ; ou, au moins, retrouver leur trace.

Elle doit instaurer un système politique stable et continuel pouvant faire appel à des investissements étrangers qui sont à la quête d’une main d’œuvre moins chère et d’une législation sereine. L’éducation de base doit être une priorité. La santé, l’énergie et l’autosuffisance alimentaire sont les piliers de tout développement économique. Les échanges inter africains doivent occuper une grande place au lieu d’importer de l’Occident ce que son voisin détient.

L’Afrique ne doit pas compter sur les pays du Nord ; les conséquences de cette dépendance sont l’ignorance, la pauvreté et la mort.

Docteur Sidi Ould Hamady

 

 

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge