Ecole Normale Supérieure de Nouakchott Département des langues : Appel à communications

Logo_ENS_002_2L’UREAForganise du 14 au 16 Novembre 2016 à l’Ecole Normale Supérieure un colloque international sur le thème : quelles didactiques du français pour l’enseignement-apprentissage du/et en français à l’Ecole Normale Supérieure ?

La dernière réforme du système éducatif mauritanien, qui mettait fin à une bipolarisation de l’école et qui avait introduit depuis avril 1999 l’enseignement des disciplines scientifiques et techniques en français et celles littéraires en arabe, semble désormais admise.

Ainsi, l’enseignement/apprentissage du et en français et sa reconsidération, pour être en phase avec les nouveaux besoins, s’avère une tâche pressante. Mais la mise en place de cette réforme a entrainé « un cafouillage didactique » sans précédent.

En effet, le recours à des méthodologies différentes − tantôt celles du FLM, tantôt celles du FLE, tantôt celles du FLS, tantôt enfin les trois méthodes évoquées − est la conséquence directe de l’absence de définition claire du statut de la langue française en Mauritanie et de son enseignement.

L’Ecole Normale Supérieure, institut de formation des élèves professeurs de français et des disciplines scientifiques (Physique, Maths, SVT, Informatique, Génie-électrique, Génie-mécanique, Génie-industriel) qui se doit d’adapter l’enseignement/apprentissage du et en français selon les nouveaux besoins (FLM, FLE, FLS, FOS, FOU) n’échappe pas au « cafouillage didactique ».

Les théories et les travaux en circulation dans le domaine des sciences du langage (linguistique textuelle, sémiotique, pragmatique, analyse de discours, rhétorique) investissant le champ de la didactique du FLE, FLS, FOS et du FOU ont fait apparaître, des publics ayant des demandes spécifiques en communication professionnelle et fonctionnelle.

Cette prise en compte des chercheurs a donné lieu à des domaines ouverts, variés, complexifiés par la grande diversité des contextes, situations d’enseignement, méthodes, objectifs, pratiques et dispositifs.

C’est dans le but de faire acquérir à ces publics des compétences culturelles et langagières spécifiques que, enseignants et chercheurs sont appelés aujourd’hui à se créer des démarches méthodologiques spécifiques. En s’inscrivant dans cette problématique, ce colloque cherche à apporter des éléments de réponse aux demandes réelles des formateurs et des élèves professeurs de l’ENS deNouakchott.

L’objectif de ce colloque est donc d’une part de répondre aux besoins réels de ces élèves professeurs en prenant en compte les spécificités de leurs filières de formations et d’autre part, de proposer un matériel didactique adapté permettant de développer chez les apprenants des compétences d’appropriation et de transmission à l’oral et à l’écrit des contenus disciplinaires.

Ces matériaux conçus à partir de documents authentiques à visée professionnelle oraux ou écrits seraient susceptibles d’être utilisés en classe pour les enseignants qui souhaiteraient les transférer ou les réutiliser dans des situations comparables.

Ainsi les trois principaux axes proposés aux contributeurs sont :

1. Les choix didactiques et les approches pédagogiques mis en œuvre dans les établissements universitaires de formation scientifique

Il s’agira de s’interroger sur le choix de ces approches et sur leur mise en application pour dresser un bilan des expériences et des activités réalisées dans les établissements similaires.

Aussi, un intérêt particulier sera accordé à l’étude des programmes de langue destinés aux filières scientifiques : répondent-ils aux besoins des étudiants ? Quels sont les obstacles rencontrés dans leur mise en œuvre ? Comment peut-on surmonter ces obstacles pour aider les étudiants à maîtriser la langue française ?

2. L’enseignement du français au profit des élèves professeurs de français : de la langue au discours ou du discours à la langue : que faut-il adopter comme démarche dans un pays où le français est une langue porteuse des disciplines scientifiques ? L’interrogation sur la place des œuvres littéraires dans les pratiques de classe nous intéresse particulièrement. Nous attendons donc, de la part, des contributeurs une proposition (didactisation des textes littéraires par exemple).

3. Les TICE, enfin, au service de l’enseignement du français

L’objectif serait de s’interroger sur la possibilité d’intégrer les Tices dans la formation initiale et continue des enseignants en mettant en place des dispositifs de formation et d’accompagnement à l’usage pédagogique des ressources numériques. Une attention particulière sera portée sur les articulations nécessaires entre les différents paliers du secondaire, de la formation professionnelle et du supérieur.

Modalités de soumission

Les propositions de communication seront soumises sous forme de résumés de 300 à 500 mots à l’adresse suivante : agkonte@ahoo.fr. La date limite de soumission est fixée au 30 juin 2016 et les notifications d’acceptation seront communiquées au plus tard le 10 Août 2016. Les articles seront publiés, sur accord du comité de lecture, dans le volume des Actes du Colloque.

Comité d’organisation

Abdellahi KERIM, Diallo yaya, Yarba O. Ahmed Vall, Mohamed Vall O. Cheikh, Amadou KONTE, Abdallah DOUA

Comité scientifique

Amadou KONTE (ENS de Nouakchott)

Mamadou Kalidou Ba (Université de Nouakchott)

Mohamed Vall O. Cheikh (ENS de Nouakchott)

Ngalasso Musanji-Mwata (Université Montaigne, Bordeaux III)

Yarba O Ahmed Vall (ENS de Nouakchott)

Oumar FALL (Université Gaston Berger Saint-Louis (Sénégal))

BELHAJ Abdelhanine (FSE/ Rabat)

Mohamed Embarki (Université, Franche-Comté, Besançon)

Youba O. AMOU (ENS de Nouakchott)

Mohamed JIDDOUMOU (ENS de Nouakchott).

Marie Berchoud (Pôle de recherche Bourgogne, Franche-Comté, Dijon),

Keouthar BEN ABDALLAH (Université, Franche-Comté) Besançon.

Source: Cridem

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge