Edito : Nerveux, délinquance, grand merci et initiative

Nerveux. Deux ministres du gouvernement ont exprimé le 18 avril une nervosité suite à des questions posées par l’un de nos reporters lors de Isselmou Ould Mohamedconférences de presse distinctes.

Dans la conférence conjointe avec Son Altesse Cheikh Said Ben Zayed Al Nahyane suite à l’inauguration de la centrale solaire Cheikh Zayed notre reporter a demandé à M. Taleb Ould Abdi Vall ministre du pétrole si le gouvernement envisage une baisse des tarifs de l’électricité avec cet appoint de 15 MW fourni gracieusement par les Emiratis en rappelant que l’énergie hydroélectrique fournie depuis quelques années par Manantali, n’avait pas occasionné de baisse de tarifs.

Le ministre a répondu : «Il ne doit y avoir de surenchère ou de manipulation surtout que notre production est essentiellement fossile et nos tarifs plus bas que ceux dans la sous région ; on pouvait dire (eb lembeytih (?)) que nous pouvons le faire, mais nous attendons de pouvoir l’aborder avec sérieux grâce à ce projet et d’autres, comme la centrale à gaz».

D’accord, M. le ministre, mais on a posé juste une question. Sans surenchère, ni manipulation. On encaisse pour cette fois. Pas pour toujours. Deuxième signe de nervosité: lors de la conférence de presse organisée au ministère de la Communication et après l’exposé de Madame la ministre de la Culture sur un projet de loi protégeant la diversité culturelle, notre reporter a demandé : «C’est quoi au juste; cette diversité culturelle? Est-ce celle déjà protégée par la Constitution?» .

La ministre s’énerve au début : «Je crois que je vais répondre de manière dure (jwab ehrach) à cette question, je pense que tu dormais quand je parlais. Ce n’est pas toi qui a dit: Ouf quand je parlais?». «Pas du tout!» rétorque notre reporter. Puis Madame la ministre revient à de meilleurs sentiments et s’explique de manière convaincante sur son projet de loi . Là encore, on encaisse pour cette fois et pour la prochaine. Faut être galant, non?

Un grand merci. 32 millions de dollars, 30. 000 panneaux solaires et 15MW d’électricité pouvant répondre à 10% des besoins en électricité de Nouakchott, pour 5 à 10 milles ménages environ. Le tout, gracieusement offert par les Emirats Arabes Unis à la Mauritanie. Une centrale électrique solaire réalisée en un temps record qui illustre de nouveau, la générosité des pays arabes à l’égard de notre pays choyée par les Arabes depuis son indépendance jusqu’à nos jours.

Que de routes, hôpitaux , barrages, aménagements, équipements et dons en espèces fournis par les Arabes à la Mauritanie tout au long des six dernières décennies . Et il s’en trouve toujours des plaisantins qui veulent que nous remettions en cause cette amitié qui nous (et leur) rapporte tant. Et si on leur demandait : Que nous rapporte les autres amitiés? Un grand merci donc aux Emiratis et aux autres frères arabes qui savent répondre les premiers, à nos multiples sollicitudes, sans nous poser des conditionnalités et sans nous fixer des caps.

Délinquance. Les meurtres, agressions et viols qui se multiplient ces derniers temps à Nouakchott et à l’intérieur doivent amener les Autorités à privilégier la prévention. Il est vrai que les patrouilles nocturnes comme l’a si bien dit, le Wali de Nouakchott M. Fall Nguissaly dans son interview à TVMplus, ont empêché des centaines d’agressions mais cela ne suffit pas notamment pour les agressions en plein jour aux abords des marchés, des lycées et dans les alentours immédiats de la ville de Nouakchott où les délinquants sont en permanence en embuscade, surtout sur le littoral. Les policiers peuvent faire le test : envoyer une policière en Melehfa ou en Jeans et voir comment les délinquants vont, du néant, lui tomber dessus.

Des systèmes de vidéo surveillance doivent être installés là où cela est possible à Nouakchott et dans les grandes villes . Les rafles préventives pour ceux qui se promènent avec des flingues, des couteaux, des tournevis et des marteaux doivent s’intensifier même en plein jour et la main des juges doit être plus lourde. Les prisons doivent au delà de la sanction méritée, servir de lieux de réhabilitation et non à la formation à la délinquance. Le pouvoir qui fonde en partie sa légitimité sur ses capacités en matière de sécurité, est mis à rude épreuve par cette montée de la délinquance.

Faire du neuf avec l’ancien. «La Mauritanie va envoyer des militaires au Mali dans le cadre de la force de l’Onu» , c’était le buzz des médias mauritaniens le 18 avril. Ils se basaient des déclarations de Laurent Fabius. Mais c’était de l’ancien avec lequel nos medias faisaient du neuf. Le président Aziz a déjà déclaré le 5 mars lors de la visite du président Issoufou que la Mauritanie participera à la force de maintien de la paix au Mali. Puis le 17 mars le ministre des affaires étrangères l’a de nouveau confirmé à l’issue de la rencontre ministérielle sur la sécurité sous régionale tenue au palais des congrès. Donc rien de nouveau pour les médias…. à jour.

Initiative Messaoud. Cette initiative s’articule sur quatre axes majeurs : un diagnostic sans complaisance des politiques menées par le pouvoir, un rappel des clauses du dialogue d’octobre 2011 restées en stand by , une rencontre AZIZ/CAP/COD/Société civile pour décrisper l’atmosphère, créer un front intérieur, et enfin, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale de large consensus avec un premier ministre aux pouvoirs élargis. Tous les acteurs politiques qui comptent (et Dieu sait qu’il ya en a, qui ne pèsent pas 10 grammes) lui ont souhaité la bienvenue, mais tous, n’y ont pas encore répondu favorablement et de manière claire.

Les choses avancent, en attendant. Le recensement administratif financé par la CENI et mené par l’ONS est terminé, la CENI a fixé la date des élections au 12 octobre et l’état civil aurait enrôlé 2,5 millions de Mauritaniens. L’initiative de Messaoud a-t-elle donc été dépassée? Certains pensent Messaoud lui-même lorgnerait plus du coté de l’Agence de lutte contre les séquelles de l’esclavage, que du coté de son initiative que l’opposition s’apprêterait enfin à accepter.

IOM

Source : Tahalil Hebdo

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind