Editorial d’Ahmed Ould Cheikh : Pourquoi pas nous ?

jskkfv7iQue n’a-t-on pas dit de Mandela ? L’homme par qui le miracle est arrivé. Celui qui a brisé les chaînes de l’Apartheid, qui s’est sacrifié pour son pays et qui, après vingt-sept ans de prison, a toujours refusé de prôner la violence. Pardon, réconciliation, paix des cœurs étaient ses leitmotivs.

Et il a réussi le pari – ô combien insensé, à l’époque ! – de faire passer l’Afrique du Sud d’un Etat raciste à une république multiraciale. S’inspirant du Mahatma Gandhi, l’apôtre de la non-violence, il a pardonné aux bourreaux qui lui ont fait tant de mal, ainsi qu’à son pays, faisant, de Frederik De Klerk, le président de l’époque, son premier vice-président.

Une sorte de passage de témoin, de transition en douceur, preuve de l’infinie sagesse de cet homme hors du commun. Et l’Histoire lui a donné raison.

L’Afrique du Sud a enterré son passé douloureux, en douceur, sans haine ni rancune, et caracole en tête des pays africains, en matière de développement. Il en sera toujours ainsi, lorsque les pays, face aux difficultés de tous ordres, rejettent les méthodes expéditives, privilégient le consensus, et que leurs peuples, réellement libres de choisir, préfèrent des dirigeants véritablement éclairés, au détriment de sombres démagogues, jouant aux apprentis démocrates.

Après le départ d’Ould Taya, en 2005, nous avons hérité, au lieu d’un Mandela dont nous avions tant besoin, non pas un, mais plusieurs présidents militaires qui gouvernaient en même temps. Deux années durant, les années de braise que le pays avait vécues, entre 1989 et 1991, sont passées par pertes et profits. Ni le passif humanitaire ni la question, lancinante, de l’esclavage ne furent effleurés par ces militaires qui ne voulaient, surtout pas, ouvrir la boîte de Pandore qui risquait de les éclabousser.

Il a fallu attendre l’arrivée de Sidioca, en 2007, pour que ces dossiers soient ouverts mais on ne lui laissera pas le temps d’achever les chantiers et on lui mettra suffisamment de bâtons dans les roues pour qu’il n’aille pas très loin dans leurs règlements. Depuis, c’est à doses homéopathiques et au jour le jour que les problèmes sont abordés. Au lieu d’une vision d’ensemble qui nous permettrait de panser, une fois pour toutes, ces plaies encore béantes.

Certes, n’est pas Mandela qui veut. Pourtant, il nous en faut un. Pour nous retrouver. Pour discuter entre nous. Pour nous insuffler le courage de pardonner. Pour se dire que, finalement, tout peut se régler par le dialogue.

Que nous n’avons pas d’autre pays que la Mauritanie. Que nous sommes tous les mêmes. Que chacun de nous a besoin de l’autre. Le passif humanitaire et l’esclavage ne sont pas plus abjects que l’apartheid. Les sud-africains se sont pourtant retrouvés autour d’une table et ont tourné la page, sans haine ni passion. Pourquoi pas nous ?

Ahmed Ould Cheikh

Source : Elhourriya

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge