Égypte : 21 condamnés à mort dans le procès du drame du stade de Port-Saïd

À Port-Saïd, de violents affrontements ont éclaté dès l’annonce du verdict. Deux policiers ont été tués par balle.

La justice égyptienne a condamné à mort samedi 21 personnes accusées d’être impliquées dans les violences ayant fait 74 morts l’an dernier après un match de football à Port-Saïd dans le nord-est du pays. Les accusés restants seront fixés sur leur sort le 9 mars. « Soit justice leur est rendue, soit nous mourrons comme eux ! » avaient mis en garde au tribunal des membres des familles des victimes en brandissant des photos de leurs proches.

Ce verdict a déclenché de violents affrontements. Deux policiers ont été tués par balle par des inconnus à Port-Saïd, selon une source sécuritaire, alors que des proches des condamnés à mort tentaient d’envahir la prison où ces derniers sont détenus, selon la télévision d’État et des témoins. Des hommes non identifiés ont tiré à l’arme automatique vers la police qui a répondu par du gaz lacrymogène. Des blindés ont aussi été déployés et des affrontements avaient lieu dans les rues autour de la prison.

Cris de joie et youyous

Au Caire, le verdict a en revanche été accueilli par les cris de joie et les youyous des membres des familles des victimes présents dans la salle d’audience. Devant le tribunal, un homme ayant perdu son fils dans les violences pleurait de joie. « Je suis satisfait du verdict », a-t-il soupiré.

En février 2012, 74 personnes étaient mortes à Port-Saïd après un match entre le club cairote d’Al-Ahly et une équipe locale, Al-Masry. Plus de 70 personnes, dont neuf policiers, étaient jugées pour leur responsabilité présumée dans ces violences.

 

Lepoint

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind