Egypte: la police autorisée à tirer sur les manifestants violents

Egypte_mort dans une mosquée
Le ministère de l’Intérieur égyptien annonce que la police était désormais autorisée à tirer à balles réelles sur les manifestants attaquant des biens publics ou les forces de l’ordre.

Cette annonce intervient peu après que des manifestants islamistes ont mis le feu au siège de l’administration d’une province au Caire.

17h20.  Au moins quatre soldats égyptiens ont été tués et cinq blessés dans deux attaques d’hommes armés dans le Nord-Sinaï, ont indiqué à l’AFP des sources au sein des services de sécurité. Les assaillants, membres présumés de la mouvance radicale islamiste, ont visé les militaires au sud de la ville d’Al-Arich, ont précisé ces sources.

16h30.  Barack Obama a dénoncé jeudi la répression en Egypte, engagée selon lui «sur un chemin dangereux», et a annoncé l’annulation de manoeuvres militaires conjointes avec le Caire le mois prochain.

Le président américain s’est toutefois gardé de couper les ponts avec l’armée égyptienne, rappelant les liens de longue date entre Washington et Le Caire et affirmant que c’était aux Egyptiens de déterminer leur propre avenir.

«Les Etats-Unis condamnent avec force les mesures prises par le gouvernement intérimaire égyptien», a affirmé Obama depuis son lieu de vacances de Martha’s Vineyard, dans le Massachusetts (nord-est) évoquant en particulier la réinstauration de l’état d’urgence annoncée la veille. «Si nous souhaitons maintenir notre relation avec l’Egypte, notre coopération habituelle ne peut pas continuer comme si de rien n’était lorsque des civils sont tués dans les rues et que les droits régressent», a expliqué le président.

15h35. Navi Pillay, haut commissaire de l’ONU en charge des droits de l’homme, a demandé jeudi une enquête sur les agissements des forces de sécurité en Egypte dans les affrontements de mercredi. Dans un communiqué publié à Genève, Mme Pillay déclare qu’il «faut une enquête indépendante, impartiale, effective et crédible sur les agissements des forces de sécurité, et tous ceux qui auront été reconnus coupables» devront «en répondre».

15h25. La Maison Blanche annonce que Barack Obama va s’exprimer sur la situation en Egypte dans l’après-midi, depuis son lieu de vacances de Martha’s Vineyard, dans le Massachusetts.

14h55.  Deux policiers ont été tués jeudi dans deux provinces d’Egypte par des militants du camp du président islamiste déchu Mohamed Morsi, ont affirmé à l’AFP des responsables de la sécurité.

Un policier de 21 ans a été tué par balles dans l’attaque d’un club de la police à Al-Arish, dans la péninsule du Sinaï, un fief des groupes islamistes armés qui visent régulièrement les forces de l’ordre. Un autre a péri dans l’assaut d’un commissariat à Assiout, dans le centre.

14h45. Le siège de l’administration de la province de Guizeh était en feu dans la métropole, la télévision d’Etat attribuant l’attaque à des «islamistes». La télévision privée CBC montrait également des images du siège du gouverneur de la province de Guizeh en feu. Guizeh est une province qui fait partie de la métropole du Caire

14h30.  La situation en Egypte présente «toutes les caractéristiques d’un coup d’Etat militaire», a estimé le chef de la diplomatie norvégienne. «Un président élu a été démis, un vice-président a démissionné et l’homme fort (actuel) est un chef militaire», a expliqué le ministre des Affaires étrangères Espen Barth Eide.

12h45. Le bilan officiel se monte désormais à 525 morts selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, dont 482 civils. Détaillant ce bilan à l’AFP, Khaled al-Khatib, chef des services d’urgence égyptiens, a précisé que 202 personnes avaient péri sur la seule place Rabaa al-Adawiya, principal point de rassemblement occupé depuis près d’un mois et demi par les partisans du président islamiste Mohamed Morsi

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge