Egypte: le parti d’el-Baradei place une femme à sa tête

EgyptPour la première fois de l’histoire de l’Egypte, une femme vient d’être élue à la tête d’un parti politique. Il s’agit de Hala Shoukrallah, la nouvelle présidente du parti al-Dostour (« la Constitution »), qui avait été fondé et présidé par Mohamed el-Baradei. Le signe d’un changement certain dans une Egypte où les droits des femmes étaient en pleine régression.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

Dans le pays ultra-conservateur qu’est l’Egypte, Hala Shoukrallah avait tout contre elle. Elle est une femme, et jamais dans l’histoire de l’Egypte une femme n’avait été le chef d’un parti politique. Il y a encore un an, les islamistes niaient aux femmes le droit de commander, en se basant sur une interprétation rigoriste d’un hadith du prophète, selon lequel « elles manquent de cervelle et de religion ». Pire encore quand il s’agit d’une chrétienne. La seule exception date de deux mois à peine, quand Mona Mina avait été élue présidente de l’Ordre des médecins.

Mona Mina présente par ailleurs un dernier défaut ; dans une Egypte où la droite est dominante – chez les libéraux comme chez les islamistes -, elle est de gauche. Elle aura la dure tâche de redresser un parti qui a été déchiré par les divisions et les démissions après le départ de son icône Mohamed el-Baradei. Un parti où certains veulent déjà que la nouvelle patronne se présente à la présidentielle. Des femmes ont déjà tenté l’expérience en 2012 mais n’ont jamais pu recueillir le nombre suffisant de signatures pour que leur candidature soit retenue.

→ À (RE)LIRE : Les enseignements du référendum en Egypte

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge