Elections communales, régionales et du district de Bamako : La date du 26 avril maintenue

’élection des conseillers municipauxMaliweb.net: Le gouvernement, à travers le conseil des ministres du mercredi 18 février dernier, a fixé l’élection des conseillers municipaux, des conseillers régionaux et du District de Bamako, au 26 avril prochain.

Le conseil des ministres du mercredi dernier   a adoptait la convocation du  collège électoral, l’ouverture et  la clôture  de la campagne électorale à l’occasion de l’élection  des conseillers  communaux, des conseillers régionaux et du District de Bamako.

Selon le conseil, le renouvellement  des mandats des conseillers  des collectivités territoriales  doit intervenir tous les cinq ans. Les mandats en cours devant expirer  le 26 avril 2014 ont fait l’objet d’une première prolongation  de six mois  à compter du 27 octobre 2014. Ils ont également fait l’objet d’une  seconde prorogation de six mois à compter du 27 Octobre 2014.  la prorogation  des mandats des collectivités  territoriales étant limitée à deux, il devient impératif  d’organiser  des élections des conseils des Collectivités territoriales au terme de la seconde  prorogation. Il prévoit ainsi l’organisation des élections communales, régionales et du District de Bamako le 26 avril 2015.

Cependant la question ou l’inquiétude es de savoir si le gouvernement pourra tenir ces élections sur toute l’étendue du territoire malien. Dans certains milieux politiques, même si un report éternel n’est pas souhaitable, organiser des élections dans le contexte actuel, sans Kidal ou d’autres parties du Mali, reviendrait à donner du poids  aux séparatistes. L’Etat devrait chercher à organiser des élections sur toute l’étendue du territoire. Mais s’il décide de les faire seulement au sud, cela veut dire que l’Etat cautionne déjà la partition du pays.

Aussi, ces élections vont se tenir dans un contexte très difficile  pour la mobilisation des ressources financières, vu le retrait successifs des bailleurs de fonds à l’égard des activités de développement.

Quoi qu’on dise,  la politique, c’est gouverner et prévoir, et compte tenu de l’insécurité qui règne en grand maître  au septentrion malien, l’Etat doit chercher  à protéger les électeurs le jour du scrutin.

Moussa Diarra

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge