Elections législatives et municipales : Le MPR clarifie sa position

MPR-KANE HAMIDOU - POINT DE PRESSEC’est d’abord le Comité permanent qui s’est réuni le 08 octobre dernier d’indiquer, dans un communiqué rendu public ce 10 octobre que les conditions de participations aux élections législatives et municipales prévues le 23 novembre ne sont pas réunies. Mieux, lors du point de presse tenu ce jeudi 10 octobre, le Président du MPR (Mouvement pour la Refondation), Dr Kane Hamidou Baba, est revenu beaucoup plus en détail sur les raisons qui ont motivé son parti à refuser d’aller dans une élection dont les issues seront «chaotiques» pour le pays.

En effet, après un examen approfondi de la situation consécutive à l’organisation des élections à la date fixée par la CENI et le pouvoir, le Comité permanent du MPR a tiré les enseignements selon lesquels une participation aux élections du 23 novembre sera « chaotique » pour la Mauritanie. Kane Hamidou Baba (KHB) a souligné que «le PMR n’est pas boycottiste par principe ». Toutefois, «si les conditions ne changent pas, nous n’allons pas prendre part aux élections » indique KHB qui a soutenu que «la CENI fait preuve d’amateurisme, d’incompétence et de concussion». Selon KHB, «la CENI est devenu un fonds de commerce». Autre raison avancé par le leader du MPR, beaucoup de Mauritaniens ne sont pas enrôlés à l’intérieur comme à l’extérieur où sur 25 représentations diplomatiques, seules 6 ont un centre d’enrôlement. Et Kane en veut pour preuve, «900.000 mauritaniens des régions du Guidimakha et du Gorgol sont considérés comme apatrides ». Pour Kane, il faut un minimum de conditions pour aller aux élections. C’est-à-dire qu’il faut au moins 1.500.000 électeurs, revoir la CENI et certaines lois pour garantir le processus devant conduire à la tenue d’élections libres, consensuelles, démocratiques et transparentes. «Nous n’avons jamais cessé de faire des propositions depuis que nous étions dans la majorité» a-t-il dit non sans préciser que depuis février 2010, le MPR a fait des propositions au pouvoir et rencontré les leaders de l’opposition à cet effet. Toutefois, KHB a reconnu au passage que «le dialogue national a eu des acquis positifs».

En sommes, la position du MPR est, on ne peut plus claire. La participation de ce parti sera le corollaire d’une révision de position du pouvoir. Autrement, changer les conditions de participation qui doivent passer par un dialogue franc et sincère. Sinon, à en croire Kane Hamidou Baba, «les élections du 23 novembre seront chaotiques parce qu’irréalisables et inopportunes». Selon Kane, si le pouvoir s’entête à organiser les élections à cette date, elles seront les plus «pires» que la Mauritanie a connu depuis son histoire politique. «Nous estimons que les gens doivent revenir à la table des négociations pour mieux revoir les choses et repartir sur de bonnes bases» a martelé le leader du MPR.

A rappeler que lors de la réunion du Comité permanent du MPR du 8 Octobre, cette instance du parti a fait le constat selon lequel, «il existait de véritables chances d’aller vers des élections crédibles, consensuelles et apaisées» mais «les initiatives hasardeuses de la CENI, l’incohérence de certains partenaires, mais surtout l’absence d’une volonté politique du pouvoir se traduisant par la non mise en œuvre d’engagements pris par le Président de la République lui-même, font que ces élections, dans les conditions actuelles de leur organisation, ressemblent à un jeu d’enfants joué par des adultes». Car pour le MPR, «le report des élections de date en date, ne règle pas les choses».

 

Badiana

RIMWEB

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge