Elections législatives et municipales : L’UPR en mauvaise posture ?

upr-logoL’opinion publique n’arrive pas encore à comprendre avec discernement où est passée cette immense force politique que représente la COD, dont d’importants partis tels que le RFD et l’UFP ont opté pour le boycott des élections législatives et municipales du 23 novembre prochain.

En rendant public la validation de 1 102 listes candidates à ces échéances décisives dans son communiqué publié samedi dernier, la CENI ne trouve plus de gène à jouer publiquement son jeu malsain en usant de tous les moyens pour étouffer cet important poids politique.

Une force que représentent les formations politiques farouchement opposées à toute participation à ces consultations à l’état actuel de leur préparation et de leur organisation au gout d’inachevé.

Mais, cette volonté d’étouffer le boycott semble ne pas faire, à la grande surprise générale de la Ceni, le jeu du pouvoir qui même en présentant à lui seul le plus grand nombre de listes à ces élections, se trouve engagé dans une course où ses concurrents le talonnent de très prêt, avec la grande probabilité de recourir, en cas de nécessité à la mise en place de listes coalisées, particulièrement dans les seconds tours des scrutins pour barrer le chemin du monopôle politique à l’UPR.

En effet, à la lecture des grands partis candidats à ces élections législatives et municipales, il ressort de ces listes que l’UPR qui devait détenir plus des 80% des candidatures, n’a finalement pu déposer, avec de grandes difficultés que 218 listes.

C’est surprenant de se rendre aujourd’hui à cette évidence statistique en matière électorale selon lequel le parti au pouvoir qui gère jusqu’à l’heure un agenda électoral quasiment unilatéral ne présente face au parti Tawassoul, qui brandissait le boycott jusqu’à la dernière minute que 63 listes de plus et 68 par rapport à l’APP qui talonnent de très prêt l’UPR, rendant complexe son projet de mainmise sur les affaires politiques du pays.

Cette situation inconfortable a conduit certains analystes à se demander si ces formations de l’opposition modérée (APP) et (El Wiam) et extrémiste (Tawassoul) ne constituent pas en fait une menace sérieuse pour le plébiscite de l’UPR à ces élections.

Ceci est d’autant plus vrai que les listes candidates du parti au pouvoir ne bénéficient pas toutes de l’unanimité des unités de base d’où les risques énormes pour l’UPR de faire les frais des votes sanctions de ses militants mécontents de l’adoption de listes décriées faites sans concertation avec les masses, qui seront seules derrière les isoloirs pour voter au gré de leur humeur de frustration à la grande euphorie des autres partis qui croient encore en l’éveil populaire de ses élus engagés à concrétiser ses ambitions .

Md O Md Lemine

Source : Le Rénovateur Quotidien

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge