‘Emel 2012′ : Les populations dénoncent.

Le plan d’urgence  » Emel 2012 « , mis en œuvre par le gouvernement pour faire face à l’impact négatif de la sécheresse sur la vie des populations est en train de se retourner, paradoxalement, contre le pouvoir : des protestations fusent de toutes parts, pour fustiger le manque d’efficacité de ce programme ou les agissements dans son exécution suivant des critères qui ne répondent pas aux exigences d’équité et de transparence. C’est au niveau des wilayas de l’est et du centre (Hodh Chargui, Hodh Gharbi, Assaba, Tagant, Brakna) que les autorités font le plus face à la contestation. Après le limogeage, il y a moins de deux semaines d’un hakem, sur présomption de mauvaises pratiques, dans l’exécution du programme  » Emel 2012 « , c’est au tour d’autres localités de dénoncer ce qu’elles considèrent comme le retour des vieilles pratiques et des vieux démons. A Oueïnatt Ezbel, localité relavant du district de Djiguenni, à 90 kilomètres à l’Est d’ Aïoun, les habitants n’ont pas hésité à sortir dans la rue pour dénoncer la manière dont le programme est mis en œuvre. 39Dans la journée d’hier, ils ont mis des barrages sur la route de l’Espoir brûlant des pneus, en guise de protestation contre ce qu’ils appellent la « distribution inéquitable » du Programme Emel 2012. Et comme à Aleg, c’est encore le hakem qui est pointé du doigt par les protestataires qui l’accusent d’avoir procédé – mercredi dernier- à la vente à prix réduits,  » sans se référer de la liste des vrais bénéficiaires établie par la commission technique du programme « . Résultats : seule une quarantaine de personnes ont pu bénéficier de la distribution évoquée, ont affirmé des habitants aux correspondants locaux de certains médias. Dans la moughataa de Timbedra, une notabilité de la ville aurait été arrêtée par la police pour avoir dénoncé les mêmes exactions et soulever la question de la distribution suivant des critères peu orthodoxes. Mohamed Ould Zeine, qui aurait été choisi pour faire partie d’un groupe devant recenser le nombre d’éleveurs dans la localité de  » Twil « , a mis en doute la conformité de la liste  » sortie  » par le hakem avec celle qui avait été préalablement remise aux autorités et devant servir de tableau de bord pour la distribution ou la vente des aliments de bétail aux éleveurs. Ces disfonctionnements observés sur le terrain constituent, en réalité, une sorte de prolongement  » naturel  » pour ceux souvent évoqués par la Coordination de l’opposition démocratique (COD), quant à l’inefficacité même de ce plan d’urgence pour lequel le gouvernement dit avoir mobilisé des ressources conséquentes ! Quand la politique s’en mêle Un constat de non empressement dans la mise en œuvre du fameux programme d’urgence  » Emel 2012  » a même été fait et lié à une manœuvre du gouvernement pour se donner le temps nécessaire. Même au niveau des pouvoirs publics, l’on avait remarqué qu’à part la couverture de la cérémonie de lancement, présidée par le Premier ministre Moulay Ould Mohamed Laghdaf, la tendance est à ne pas trop attiré l’attention sur un programme parti pour être un vrai fiasco politico-social. Questions de moyens, bien sûr, mais aussi de mauvaises prévisions.  » Emel 2012  » doté théoriquement d’une enveloppe financière de près de 45 milliards d’ouguiyas n’a pas commencé sur les chapeaux de roue. Les éleveurs, censés être les premiers bénéficiaires de ce programme d’urgence, peinent à s’assurer qu’il permettra à aider à la survie de leur cheptel, dont une bonne partie est déjà en transhumance au Sénégal et au Mali. La question mérite d’être posée quand on constate la frilosité avec laquelle le gouvernement procède dans la mise en œuvre de ce plan d’urgence destiné à atténuer l’impact de la sécheresse sur les populations, notamment en milieu rural. A moins de quatre mois de la période d’hivernage, les autorités font preuve de fainéantise pour voler au secours des victimes d’une sécheresse dont les conséquences ont commencé à se faire ressentir depuis plusieurs mois déjà. Cette frilosité est même ressentie dans une ville comme Nouakchott où les boutiques ouvertes par la Sonimex dans le cadre du programme  » Emel 2012  » n’attire pas grand-monde. La grande campagne de matraquage qui suit généralement ce genre d’opérations, avec les  » témoignages  » sélectifs de citoyens aux nues pour avoir bénéficiés d’un tel soutien des autorités, fait défaut et montre qu’il y a bien, quelque part, des choses qui clochent. Et l’on se demande même si l’Etat a vraiment les moyens de sa politique dont l’objectif, non avoué, est de parvenir à gagner le cœur de citoyens qui commencent à désespérer de voir que le grand changement promis par Ould Abdel Aziz n’était, en fait, qu’un leurre.  » Emel  » sur les traces de  » Solidarité  » Sans vraiment être parti sur les chapeaux de roue,  » Emel 2012  » risque bien d’être une réédition des erreurs et couacs de  » Solidarité 2011 « . Avec déjà un manque de visibilité – et de lisibilité – dans les chiffres, opérations et allocations destinés à chacun des volets de ce plan d’urgence. C’est ce qu’on ressent quand l’on apprend qu’à l’intérieur du pays, notamment dans les wilayas de l’Est, les populations rechignent à accepter une aide insignifiante et qui arrive trop tard pour sauver ce qui peut encore l’être. C’est aussi ce qui découle d’une action censée soulager les éleveurs en leur permettant de vacciner, à moindres frais, leur bétail, grâce à une action qui s’inscrit dans le  » plan d’urgence  » alors qu’elle a un caractère tout à fait routinier. Comme d’ailleurs la plupart de celles programmées par  » Emel 2012 « , notamment quand il s’agit des interventions du ministère du Développement rural ou du Commissariat à la Sécurité Alimentaire ! Un mélange des genres qui fait dire à certains observateurs que, dans cette opération de  » Emel 2012 « , le gouvernement est encore en train de tricher. Il pourrait même payer cash cette propension à trop faire de promesses, à dire que tout va, quand les problèmes l’assiègent de toutes parts, et à ne pas traiter, avec méthode, les cas de gabegie, supposée ou réelle, qui apparaissent de plus en plus en cette période de  » rédemption  » réellement sans repères. La moindre des choses, pensent certains observateurs, serait d’opérer une  » restructuration  » au niveau du CSA pour que le montant énorme, de 45 milliards d’ouguiyas engagés dans cette opération, et dont une partie doit passer par les actions du CSA, soit  » sécurisés  » contre les détournements qui, à cause de la lutte contre la gabegie entreprise par le pouvoir du président Aziz, utilise des moyens de plus en plus sophistiqués.

Sneiba Mohamed.

Source: cridem

Toute reprise partielle ou totale de cet article  devra faire référence à  www.rimweb.info 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge