Emprisonné pour avoir amené à la police des sachets de chanvre enfouis à la plage

arton10007-e0662Abou Cissé: Moussa Abdoulaye, un jeune Malien né à Nouakchott en 1999 a été écroué à la prison civile de Nouakchott, accusé de consommation de chanvre indien. Pourtant, c’est lui-même qui avait amené les trois sachets de chanvre indien au Commissariat de Tevragh-Zeina 2.

Il était à la Plage lorsqu’il aperçut, selon sa déposition, un type creuser un trou puis y introduire quelque chose avant de placer une pierre dessus pour bien marquer l’emplacement.

Une fois que le gars s’en alla, Moussa affirme s’être approché. Il creusa le trou encore neuf et sortit trois sachets de chanvre indien. Il se dirigea alors vers le Commissariat de Tevragh-Zeina 2.

Il raconta aux policiers la scène et leur déclara pouvoir identifier le type qui les avait enfouis dans le sable. Mais au lieu de croire à sa version, les policiers l’accusèrent d’avoir fumé le chanvre et de leur avoir ramené le restant. Ce qu’il nia avec force.

A la Brigade des Mineurs où il fut conduit, il tint les mêmes arguments mais les policiers ne le crurent pas et maintinrent la thèse, selon laquelle il avait consommé le chanvre avant de ramener les trois sachets restants. Le jeune se serait mis à pleurer, déclarant « Je ne savais pas qu’amener à la police des choses prohibées pouvait conduire à des problèmes, O Allah ! ».

Il fut déferré devant le Parquet de la République, en compagnie d’un autre jeune du nom de Mohamed Ould Sidi, né en 2004 à Nouakchott et accusé lui aussi de consommation du chanvre indien. Moussa a été entendu par le Substitut du Procureur et le juge d’instruction des Mineurs. C’est la thèse de la police qui l’emportera sur sa propre déposition.

Il fut déposé à la prison civile tandis que Mohamed Sidi se faisait conduire au Centre de Réhabilitation pour Mineurs. Aucun des parents de Moussa n’était venu durant sa détention et son déferrement. Ses parents le croyaient chez d’autres proches. Il a déclaré avoir pourtant indiqué aux policiers l’adresse de sa famille mais personne n’était parti les avertir. Dans le Centre de Réhabilitation, c’est l’Assistance sociale, Safietou Cissé de l’AFCF que l’histoire du jeune avait émue, qui avait fait des efforts pour lui.

C’est elle qui aurait averti la famille du jeune, laquelle saisit l’ambassade du Mali. Un Malien aurait pris contact avec la justice. Malheureusement le juge des mineurs est actuellement en dehors de l’Empire Islamique des Sables. Il reviendra au courant de cette semaine. Le Malien cherchait une autorisation de visite au jeune détenu.

Abou Cissé

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge