En l’absence de loi interdisant cela, Aziz s’adressera-t-il à la Nation à partir de l’étranger ?

Il n’est jamais arrivé qu’un président mauritanien s’adresse à la Nation, à l’occasion d’une fête religieuse nationale à partir de l’étranger pour ce qu’il y a de symbolique et de sentimentale en cela pour le peuple. Et dans la situation actuelle, où la santé du président de la République et son retour créent une sorte d’expectative dans tous  les milieux de la société et posent la question suivante :

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz peut-il s’adresser à la Nation, à l’occasion de la fête de la Tabaski, à partir de l’étranger ? Et plus précisément de France où il est en convalescence suite à une blessure par balle tirée par méprise, semble-t-il. Même si c’est seulement une brève allocution par laquelle il souhaite au peuple bonne faite et rassure la scène politique nationale et régionale sur sa santé ?

Des choses qui, si elles arrivent, constitueront une première dans ce pays qui, a acquis son indépendance en 1960, à changé plus de sept fois de présidents.

Du point de vue constitutionnel, le législateur n’a rien dit à ce sujet, laissant une sorte de vide juridique sur les discours du président, du lieu et le temps les concernant. La tradition les consacre seulement durant les fêtes religieuses pour ce qu’elles ont de symbolique et de profondeur dans l’existence du peuple mauritanien, et les évènements nationaux, pour ce qu’ils ont joué dans la consolidation des piliers de l’Etat et de sa souveraineté.

Généralement ces discours se caractérisent par leur solennité et la République avec avant et après l’allocution, l’hymne national, l’usage d’une langue particulière et l’explication de la situation qui prévaut dans le pays.

Source: Elhouriya

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind