En prison pour falsification de documents d’état-civil Mauritaniens

faits divers 2Moussa N’diaye, né en 1983 au Sénégal, a été déferré au Parquet de la République du Tribunal de Nouakchott, l’Empire Islamique des Sables, pour faux et usage du faux. Il était vêtu d’une culotte qui lui arrivait aux genoux et était accompagné par son épouse, Ramata.
Moussa a été raflé au cours d’une nuit par une patrouille du Commissariat de Teyarett 1. Il dira aux limiers qu’il est Mauritanien et présenta une pièce d’identité et un acte de naissance que les policiers ont jugé de falsifiés.
Ils lui demanderont de leur dire qui lui a établi les pièces, mais il refusa se contentant de dire qu’il les a obtenus auprès des services de l’état-civil. Après son interrogatoire à la police, il a été déferré devant le Parquet de la République.
Assis sur le banc d’attente, il parlait à un homme d’un certain âge, à qui il disait «décidément, il n’est pas bon d’être noir dans ce pays, car au cours même d’un voyage, les policiers et les gendarmes ne contrôlent que les noirs». Le vieux lui disait que ce n’est pas vrai. Son tour vint d’entrer voir l’un des Substituts du Procureur de la République.
En plus des pièces d’état-civil Mauritaniens qu’il avait sortis, se trouvaient ses pièces Sénégalaises. Il dira au Substitut que ce n’est pas un crime d’avoir une double nationalité, qu’ils sont nombreux les Mauritaniens qui sont binationaux. Le Substitut lui dira que ce à quoi il devra répondre n’est pas une question de double nationalité mais de faux et d’usage de faux, car selon lui, les documents Mauritaniens qu’il a présentés sont falsifiés.
Et de lui faire comprendre qu’il aurait pu obtenir la nationalité Mauritanienne s’il le désire par la voie normale au lieu d’user du faux. Sur ce, le Substitut lui délivra un mandat de dépôt et il fut conduit directement en prison.

Source : Abou Cissé

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge