Enième mort dans l’indifférence totale à Dakar


La capitale Sénégalaise, Dakar est désormais classée ville dangereuse, les agressions y sont monnaies courantes dès la nuit tombée. Les Sénégalais comme les étrangers sont des victimes quotidiennes à tel point que les ambassades Américaines et Françaises ont publié des circulaires recommandant à leur ressortissant d’éviter certaines zones de la vile.

La situation est devenue alarmante à Dakar, pas un seul mois ne passe sans que les medias ne se fassent les relais des agressions devenue un sport national .La nuit tombée jusqu’au petit matin, il vaut mieux éviter certains quartiers comme La Corniche, le virage des Almadies, Grand-Yoff, les Parcelles Assainies, les Hlm ou Grand-Dakar. A ces endroits les agressions sont légions : vols, attaques à mains armés, cambriolages, tout y passe et personne n’est épargné, Sénégalais comme étrangers. Un ressortissant Italien a failli perdre la vie dans le quartier de la Corniche, il a eu le crâne fendu à coup de machette, car dans cette zone les Européens et les Américains ont pour habitude d’y faire leur footing tôt le matin. Depuis cette agression les ambassades Américaines et Françaises ont publiés des circulaires recommandant à leurs ressortissants d’éviter certaines zones entre 7h et 7h 30.

Au vu de cette situation devenue alarmante, la Division des investigations criminelles, de la sureté urbaine et du Groupement mobile d’intervention (GMI) a lancé une vaste opération le week-end dernier dans tous les quartiers pour sécuriser la capitale. A cet effet des centaines de prostituées ont été arrêtées pour racolage sur la voie publique elles risquent deux à trois mois de prison ferme. Plusieurs bars et auberges de prostitution ont été fermés pour défaut de licence et de non autorisation de prolongation, car ce sont autour des ces endroits que gravitent les bandits. Les propriétaires ont reçu des bons d’amandes à payer auprès du trésor public.

Selon un rapport du gouvernement Sénégalais le taux de chômage dans la ville de Dakar serait de 20%, plus pour les ONG locales, tout compte fait cette situation serait à l’ origine de l’insécurité grandissante dans la capitale Sénégalaise.

Nanita

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge