Entre teyvailleux : quel mal à acheter une conscience si elle est à vendre ?


TeyvailleTout le monde peste contre ces achats plus ou moins massifs qui seraient contraires au processus démocratique, pourtant quelle différence entre berner une conscience an poste à un soutien serait normal ? Au début j’étais choqué par ce terme « achat de conscience » puis petit à petit, j’ai fini par le trouver injuste.
 
Injuste car le citoyen lambda qui accepte de voter pour un candidat contre la remise sur-le-champ d’une petite somme n’est pas malhonnête car il rend service à un inconnu qui lui fait du bien. Le terme « corruption » au sens médical du terme, prend son sens quand on est un esprit qui a une conscience des enjeux et surtout une morale démocratique qu’on ne peut pas réclamer obligatoirement à un illettré, ignorant tout des enjeux et de la mécanique démocratique car ce citoyen-là obéit à une autre morale qui n’est pas honteuse ni méprisable du tout à savoir celle de faire un geste amical pour un inconnu qui vous donne de l’argent pour cela, argent qui vous règle de sérieux problèmes du jour ou du lendemain ou comme contrepartie d’un travail journalier qui serait d’aller voter.
 
On devrait pour rendre les élections utiles ouvrir des centrales d’achats de conscience ou d’achats de vote car à l’intérieur de l’isoloir personne ne peut vérifier ce que fait le citoyen en son âme et conscience ; aussi, le disais-je à un ami, si tant de consciences achetées ne jouent pas un mauvais tour à l’acheteur c’est aussi car le peuple est musulman et qu’il estime que ce serait voler ! Sinon les achats de conscience ne feraient pas recette.
 
Ce qui est le plus inquiétant à l’heure de la lutte à la carte contre la gabegie, c’est pourquoi tant de candidats sont-ils prêts à dépenser des millions pour être élus si ensuite ils ne comptent pas se faire rembourser d’une façon ou d’une autre ? Va-t-on nous persuader que tous ces partis entre-tuent et dépensent des fortunes juste pour avoir le droit de servir le peuple en toute honnêteté ? Après tout, c’est possible car il faut toujours laisser une chance au doute qui de toute façon non seulement ne se fait pas prier mais se fait une place tout seul.
 
D’ailleurs au lieu de corrompre des milliers de citoyens, ne serait-ce pas mieux de corrompre directement les membres des bureaux à moins que ce qu’on perd en nombre on l’augmente en tarif car ce qui est sûr c’est que nos commerçants savent faire au mieux et au juste prix. D’ailleurs on raconte que pour un vote, l’élu, au bénéfice d’un achat de conscience, se met à voter en fonction de la bourse des consciences des élus où le vote d’un conseiller municipal se négocierait entre 4 à 5 millions en cas de coup d’état dans une mairie comme c’est déjà arrivé et le vote d’un parlementaire en temps de crise peut aller jusqu’à 25 millions ou même 30.
 
Si tout s’achète et tout se vend, on comprend que les gens honnêtes finissent par ne plus se faire élire ce qui à la longue retient d’autres honnêtes d’aller voter sachant que le commerce démocratique ne laisse aucune place à la conscience fille pauvre de la vertu en vigueur. Moralité : au lieu de parler avec mépris d’un achat de conscience chez les peuples commerçants où le terme est honorable, on devrait mettre en place officiellement une bourse aux électeurs et aux élus afin que les gens honnêtes puissent participer sans mauvaise conscience.
 

La démocratie des consciences achetées vaut certainement mieux que celle des consciences bernées…

Source : Vlane

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge