Entretien- exclusif : « Le discours extrémiste n’a jamais payé et ne peut être une solution aux problèmes des mauritaniens »

A-DIENG-227x300

Jeune cadre du parti Union pour la République et acteur de la scène politique nationale, El Hussein El Hacen Dieng, a joué un grand rôle dans le développement des droits humains et à la lutte contre les discours extrémistes et sectaires. Il est aussi Président de l’ONG Initiative pour la lutte contre l’analphabétisme et la pauvreté.

Le boycott des élections municipales et législatives de novembre et la présidentielle de juin, par le FNDU, est-ce selon vous une bonne méthode politique ? La place des députés charismatiques de l’opposition a été constatée. D’ailleurs un grand vide a été laissé par des personnalités comme Kadiata Mlick Diallo, Salah hanane, Ould Mini……

El Houcein Hacen Dieng : Permettez-moi d’abord d’adresser mes vœux à toutes les filles et fils du pays. En ce qui concerne la question posée, je n’ai jamais pensé qu’un boycott quelque soit sa nature ne peut être actif. La preuve c’est que son excellence Monsieur le président de la République n’a pas senti ce boycott. Les partis de l’opposition se sont vus perdre des sièges qu’ils pourraient occuper pour mieux coordonner leurs efforts.

La preuve c’est que tous les meetings, les marches et les campagnes de dénigrement ont d’ailleurs prouvé l’échec de leur politique. Certains partis de l’opposition ont du faire face à des départs massifs de leurs militants et d’autres ont été frappés par la division.

L’adage veut que l’on reste toujours actif pour ne pas laisser son ennemi occuper ou miner le terrain.

L’opposition boycottiste a été victime de son boycott et c’est la démocratie et le peuple mauritanien qui sont sortis vainqueurs sur tous les plans.

2- Le président Aziz a dans son discours d’investiture menacé de s’en prendre aux tenants des « discours communautaristes » et sectaires ? Qu’est-ce qui, à votre avis, est à l’origine de ces discours ? Est-ce la bonne réponse ?

E.H.H.D : Je suis de ceux qui pensent que ni les menaces encore moins l’extrémisme dans les discours infondés ne peuvent contribuer à une paix durable. Les discours communautaristes et extrémistes sont entretenus par des hommes et des femmes (étranger y compris) qui financent et développent un lobbying.

Ce discours extrémiste n’existait pas jusqu’en 2005. Les déséquilibres sociaux sont à l’origine de ce type de discours devant des gouvernements d’à l’époque qui n’ont jamais voulu prendre les devants par des mesures courageuses.

Le président de la république a déclaré à partir de Chinguitty sa disponibilité à un dialogue avec les différents pôles politiques du pays et maintenant c’est l’intérêt suprême de la nation qui doit être placé au dessus de tout.

Et si certains d’entre nous sont égarés, l’Islam nous recommande de les ramener sur le droit chemin et pas par la violence. Il est possible d’unifier ce pays mais cela passera par la participation de ceux mêmes jugés extrémistes. Le cas de la Côte d’Ivoire est édifiant. Sans la libération de Bagbo, la paix ne restera qu’un seul mot au bout des lèvres. Nous préférons la Mauritanie que qui que ce soit dans ce pays.

Dans le cadre de ce dialogue et pour éviter les précédents, je pense qu’il faut le confier à un groupe d’experts rompus à la tâche, consensuels et conscients des enjeux du monde pour le mener. Il le gérera et rendra ses conclusions dans l’intérêt supérieur de la nation et c’est le pouvoir et son image qui en sortiront revigorés.

3 -Le FPC, ancien FLAM, a proposé une autonomie comme solution à la question de la cohabitation. Que pensez-vous de cette proposition ?

E.H.H.D : Je pense que toute proposition qui entre dans le cadre du développement du pays est la meilleure. Une autonomie pourquoi faire?

Que pensez-vous de l’arrestation de Birame Dah Ould Abeid et sa comparution devant la justice pour avoir véhiculé des discours haineux pour une énième ?

E.H.H.D : L’arrestation d’un homme quelque soit la cause n’est jamais souhaitée. Entre ce monsieur et le pouvoir, c’est une affaire que ni moi ni toi ne pouvons cerner. Quand des gens se rencontrent quand ils veulent et où ils veulent, s’offrent des conseillers pour participer à une élection présidentielle, cela nous dépasse.

Cependant, je pense que l’extrémisme n’a jamais payé et ne peut être une solution aux problèmes des mauritaniens. Ce dont je suis sûr, c’est que le Chef de l’Etat est un grand patriote très engagé mais ne peut résoudre à lui seul certains problèmes vu, leur complexité.

Selon certains observateurs, Birame est entrain de faire l’histoire. Etes-vous d’accord ? Et s’il est condamné à 5 ans de prison ferme, ne serait pas une menace pour l’unité nationale ?

E.H.H.D : L’histoire…… ? En effet, les doyens d’âges Messeoud Boulkheir et Boubacar Messeoud en ont beaucoup contribué de par leurs échanges et leurs conseils sans compter la démocratie offerte par son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz.

Birame, en tant que votre ancien compagnon de lutte contre l’esclavage, s’il change de cap, serez-vous prêt à lui tendre la main ?

E.H.H.D : Je rejoindrai la Mauritanie.

La condamnation à mort d’Ould Mekhaitir par la justice, est-ce une mince affaire pour le pouvoir d’Ould Abdel Aziz face à l’opinion internationale?

E.H.H.D : Le pays est assez souverain pour décider de ses lois.

Quels sont justement vos rapports avec le président Mohamed Ould Abdel Aziz ?

E.H.H.D : J’ai eu l’honneur de rencontrer son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz, un homme simple, humble et qui cherche à passer inaperçu. Je l’ai soutenu pendant la dernière présidentielle en mettant en place des structures d’accueil et une forte médiatisation. Et ceci en rapport avec le directeur national de la campagne et la direction nationale de la campagne de la jeunesse. Il est mon président et je reste à sa disposition pour accompagner ses efforts dans une Mauritanie juste, égalitaire et prospère. Quand je sollicite une audience, il me reçoit avec beaucoup d’égards.

Pensez-vous comme certains que le Président Mohamed Ould Abdel Aziz pourrait dissoudre l’Assemblée nationale et convoquer des élections municipales et législatives vers la fin de 2015, pour plaire à l’opposition radicale ?

E.H.H.D : Les conclusions issues de ce dialogue qui sera entrepris prochainement Inchallah devront contribuer à une retrouvaille des différentes forces.

Tout le monde attendait votre nomination à un poste ministériel après votre rencontre avec le président. Qu’en est-il?

E.H.H.D : La Mauritanie dispose d’hommes intègres et le président à des cartes à jouer et il sait comment faire.

Propos recueillis par Nourddine Salah

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge