Et l’histoire me donna raison


Il y’a plus de cinq ans, plus précisément le 25/09/2007, j’adressais au premier ministre une lettre de démission mettant fin à mon appartenance au Comité National de l’Initiative de Transparence des Industries extractives.

lebatt_Eytah_ptg_rim A l’époque cette démission, qui traduisait ma volonté ne pas servir de couverture aux menaces qui pesaient sur les mines à travers le bradages dont elles faisaient l’objet et dont le précurseur était l’affaire woodside, la vente éventuelle de la SNIM et une ruée qui ne dit pas son nom vers Taziazt et MCM, avait été interprétée comme un mécontentement à sous-bassement politique ou mercantile.

Cela ne m’avait pas influencé d’autant plus que l’attitude de dédain adoptée par le premier ministre, qui n’a pas daigné savoir les raisons de ma défection ni connaitre les griefs que je retenais contre l’Initiative, m’avait enlevé toute conviction de devoir aller au-delà de la simple symbolique de protestation.

Cinq ans plus tard et après que le gouvernement ait eu en main tous les atouts lui permettant d’apporter des éclaircissements à la situation incriminée et au besoin prouver que ma démission relevait d’attitude intempestive comme certains ont voulu l’accréditer au départ, voila que la Mauritanie vient de perdre son statut de membre de cette importante organisation à l’aune de laquelle se mesure désormais le degré d’adhésion aux préceptes de la bonne gouvernance.

Pour être plus que jamais d’actualité, je met de nouveau cette lettre à la disposition des lecteurs de Cridem afin que ceux qui avaient douté de mes mobiles de l’époque se rendent compte que je n’ai fait que tirer la sonnette d’alarme sur une situation qui allait par la suite compromettre l’eldorado auquel les mauritaniens étaient en droit de s’attendre au regard de nos énormes potentialités minières.

Lebatt Ould Eytah

SG du Parti de la Troisième Génération
Contact BP 3323 Tél 639 14 52/645 66 68 /200 98 52
NKC LE 25/09/2007

A
Monsieur le Premier Ministre

Réf : 142/09/07
Objet : Démission du Comité National ITIE

Monsieur le Premier Ministre,
La décision de la Mauritanie d’adhérer à l’Initiative de Transparence des Industries extractives a été unanimement saluée par l’ensemble des acteurs comme l’illustration de la volonté des pouvoirs publics de rompre avec plusieurs décennies d’opacité et de mépris de l’opinion publique nationale et internationale.

Le décret de création du Comité National, malgré ses insuffisances, nous a semblé constituer une première étape vers cette transparence que nous appelons de tous nos vœux et une première brique d’un dispositif d’assainissement et de contrôle de l’action publique. Tout en souhaitant améliorer le périmètre et le fonctionnement du Comité, nous nous y sommes engagés avec enthousiasme.

Aujourd’hui, près de dix huit mois après sa création, ce Comité se caractérise par l’opacité et la gestion unilatérale par les fonctionnaires de l’Etat et ne remplit aucune des missions limitées qui lui ont été assignées.

Comment un comité opaque peut il professer la transparence ? Les membres du Comité ignorent totalement les conditions et les modalités de fonctionnement de l’Institution qui demeure une boite noire au service de l’Administration. Les budgets, les plans d’action, les réalisations, les publications ne font l’objet d’aucun débat interne ni d’aucun contrôle. Le Comité est réduit à une chambre d’enregistrement de chiffres globaux déclarés par l’Etat et les Opérateurs qui le veulent bien.

Dans ces conditions, et constatant que la situation ne s’améliore guère, bien au contraire, j’estime de mon devoir de vous présenter ma démission afin d’attirer votre attention, par cette protestation, sur la nécessité d’un recentrage du Comite National ITIE et d’un nouveau départ vers plus de transparence.

Veuillez, croire monsieur le premier ministre à mes sentiments les meilleurs

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge