Examens nationaux 2013 : la face cachée des résultats

examens
Cette fois, la direction des examens en Mauritanie n’a pas publié les notes obtenues par les candidats aux examens du baccalauréat et du BEPC 2013, se limitant à la proclamation des admis et aux candidats retenus pour la deuxième session du BAC.

La non publication des résultats complets des examens nationaux prive les observateurs du système éducatif (instituts, bureaux d’études, chercheurs, étudiants, etc.) de données fiables. Et, en même temps, le système éducatif se prive des résultats des analyses et des études que ces derniers peuvent mener.

De nos jours, l’intérêt prévisionnel des statistiques des examens dans le rendement de l’enseignement et dans sa planification et, au delà, dans le développement socio-économique du pays, n’est plus à démontrer.

Aussi, les candidats qui ont obtenu les meilleurs résultats se trouvent ainsi privés de voir leur performance exposée pour le grand public. Pour eux, l’examen est une compétition qu’ils ont gagnée avec brio, un obstacle qu’ils ont franchi excellemment pour obtenir le diplôme tant convoité.

Les priver de la médiatisation de cette performance contribue pour le moins à limiter l’impact immédiat de la valeur sociale du diplôme qu’ils viennent de décrocher et participe ainsi à freiner leur développement personnel.

Figurez vous le bonheur de la candidate Kourou Diadié Ba si elle savait que toute la Planète pouvait découvrir qu’elle était majore du BEPC 2013 avec une moyenne de 17,97/20 ?

Et les 9 autres premiers, n’allaient ils pas être contents s’ils savaient que tout le monde pouvait prendre connaissance de leurs excellentes performances ?

2. Mohamed Elmoustafa Ould Mohamed : 16,60/20
3. Elhassen Ould Mohamed Abdellahi: 16,05/20
4. Abderrahmane Ould Mohamed Lemine: 15,81/20
5. Cheikh Ould Mohamed: 15,44/20
6. Oumou Seleme Mahfoudh: 15,32/20
7. Mohamedin Ould Ebety: 15,31/20
8. Mohamed El Moctar Mohamed Lemine Aga: 15,30/20
9. El Houcein M’barek Vall: 15,20/20
10. Sidi Mohamed Ahmed Mahmoud Khairy: 15,15/20

Pour chercher à découvrir la raison qui a empêché la publication intégrale des résultats des examens du BAC et du BEPC cette année, il a fallu mettre la main sur les résultats du BEPC 2013, ceux que la direction des examens préfère garder sous silence, tout en supposant que la même raison soit derrière la mutilation les résultats officiels du bac de cette année.

La piste la plus plausible était celle des notes obtenues par les candidats, et qui étaient absentes des résultats officiels.

Rappelons que les résultats publiés par la direction des examens donnent 12262 « admis » sur les 35210 candidats qui avaient pris part au BEPC 2013, ce qui représente un taux de réussite de 34,82%. Tout le monde, les candidats en premier, se demande quelles sont les notes obtenues par ces « admis ».

Les autres résultats, ceux que la direction des examens n’a pas voulu publier, montrent que seulement 9,83% des candidats au BEPC 2013 ont obtenu une moyenne supérieure ou égale à 10/20, alors que les autres, qui représentent 71,92% des « admis » ont été repêchés avec des moyennes qui varient entre 8 et 9,99.

Cela doit bien être la raison de la mutilation des résultats officiels des examens du BEPC et du BAC de cette année 2013. Ainsi la direction des examens a-t-elle évité de révéler que les candidats repêchés représentent 71,92% des « admis » au BEPC. Tant pis pour les candidats, les chercheurs, et tous les autres !

Et si les résultats du BAC présentent une proportion similaire de candidats repêchés, cela veut dire que les admis ayant obtenu une moyenne supérieure ou égale à 10 en première session du baccalauréat 2013 seraient de 2,5%. Les résultats de la deuxième session sont certainement similaires.

Un exemple d’exploitation sommaire de résultats d’examen : le concours d’entrée en première année de collège 2013 Contrairement aux résultats du BEPC et du BAC de cette année, ceux du concours d’entrée en 1re année du collège 2013 sont plus complets.

Une exploitation rapide de ces résultats permet d’en ressortir quelques données, à titre d’exemple : Informations générales : 65535 candidats ont pris part au concours d’entrée en première année du collège pour l’année 2013, dont 51243 (78,19%) sont issus de l’école publique et 32785 sont des filles, soit (50,03%).

Le nombre de candidats déclarés admis au concours de cette année s’élève à 33768 sur 65535 candidats au concours, soit un taux de réussite de 51,53%. C’est là un résultat à peine passable, surtout si l’on sait que seuls 22535, soit 34,39% des candidats ont obtenu une moyenne supérieure ou égale à 10/20, tandis que 11233 candidats sont repêchés avec une moyenne comprise entre 9,97 et 8,5, ce qui représente un taux de repêchés de 17,14% de l’ensemble des candidats et 33,26% des candidats déclarés admis.

Les candidats admis du public sont au nombre de 25235, soit un taux de réussite de 49,25%, alors qu’au privé, sur un total de 14292 candidats, 8533 sont déclarés admis, soit un taux de réussite de 59,7%.

Des taux qui montrent nettement la différence de productivité entre l’enseignement public et l’enseignement privé. Les filles admises au concours sont au nombre de 16384, soit 48,52% des admis.

Répartition des candidats et taux de réussite par wilaya Les candidats au concours sont répartis dans les wilayas comme suit :

1. Nkc1 : 14083,
2. Trarza : 7294,
3. Nkc2: 6012,
4. Brakna: 5850,
5. Assaba: 5423,
6. H charqi: 5315,
7. Gorgol: 5182,
8.Hodh gharbi : 4400,
9. Guidimagha: 3978,
10. D. NDB: 2719,
11. Adrar: 1834,
12. Tagant : 1745,
13. Tiris zemour : 1301,
14. Inchiri: 399.

Ces chiffres donnent une idée des élèves qui ont réussi à atteindre la 6ème année de l’enseignement fondamental dans chaque wilaya.

Le classement des wilayas suivant le taux d’admis au concours d’entrée au collège 2013 se présente ainsi:

1. Brakna : 67,32%,
2. Adrar: 60,20%,
3. Assaba: 58,38%,
4. Nouakchott2: 58,25%,
5. Dakhlet Nouadhibou : 53,37%,
6. Gorgol : 52,18%,
7. Inchiri : 50,38%,
8. Trarza: 49,73%,
9. Tagant : 49,23%,
10. Tiris zemour : 48,73%,
11. Nouakchott1 : 48,18%,
12. Guidimagha : 47,69%,
13. Hodh charqi : 43,50%,
14. Hodh gharbi : 36,11%.

Ce classement place le Brakna à la tête des wilayas du pays. La famille scolaire de cette wilaya mérite d’être félicitée pour ce résultat très honorable.

Par contre les wilayas du Trarza, Tagant, Tiris zemour, Nouakchott1, Guidimagha, Hodh charqi et Hodh gharbi doivent fournir de grands efforts et ont besoin d’une attention particulière de la part du gouvernement et des autres acteurs de l’Education, la société civile en premier.

Les 100 premiers et les 10000 derniers

Sur les 100 premiers admis, 49 seulement sont issus de l’enseignement public, malgré le poids écrasant de celui-ci (78,19% des candidats), alors que 51 sont du privé, bien que les candidats du privé ne représentent que 21,81%.

Et 8424 des 10000 derniers candidats à cet examen sont de l’enseignement public. .Cela montre la faiblesse de la performance de l’enseignement public.

Conditions sociales? Conditions de travail ? Conditions des enseignants ? Surpeuplement des classes ? Autres raison ? Il est urgent de découvrir l’origine du mal et de retrousser les manches pour le soigner.

Sur les 100 premiers au concours, 32 seulement sont des filles, malgré que celles-ci soient majoritaires, 50,03% des candidats. Et 5120 des dix mille derniers candidats sont des filles.

Mariage précoce ? travaux ménagers ? autres raisons ? La réflexion mérite d’être poussée.

La répartition par wilaya des 100 premiers candidats se présente ainsi qu’il suit :

Brakna: 26,
Nouakchott1: 18,
Nouakchott2: 16,
Trarza: 10,
Gorgol: 7,
Adrar: 5,
Dakhlet Nouadhibou: 4,
Tiris zemour : 4,
Assaba : 3,
Hodh charqi : 3,
Guidimagha : 2,
Hodh gharbi : 1,
Inchiri : 1,
Tagant : 0.

La répartition par wilaya des dix mille derniers candidats se présente comme suit :

Nouakchott1:1640,
Hodh
charqi: 1632,
Hodh gharbi: 1152,
Trarza: 1094,
Gorgol: 1000,
Assaba: 764,
Guidimagha: 669,
Nouakchott2 : 616,
Brakna : 485,
Dakhlet Nouadhibou : 310,
Tagant : 203,
Tiris zemour : 197,
Adrar : 187,
Inchiri : 51.

Ces chiffres confirment la performance du Brakna qui se maintient en tête des wilayas avec 26 des 100 premiers admis au concours au niveau national.

La répartition des dix mille derniers candidats donne une idée des foyers des contingents de candidats potentiels à la déperdition scolaire pour l’année 2013, avec un pic au niveau de la zone de Nouakchott1 et au Hodh charqi.

Ce sont là quelques exemples simples d’exploitation de résultats d’examens.

Des résultats qui peuvent bien servir pour le suivi de bien d’autres questions d’intérêt social et économique, telles que:

Dans quel sens évoluent les effectifs des filières scientifiques et techniques en réponse aux offres d’emploi grandissantes dans le secteur industriel?

Dans quelles mesures la sélection des élites est elle biaisée par les influences, les interventions ou pressions d’origine raciale, sociale, politique, etc ?

Est-ce que nos examens permettent l’accès aux bourses pour les meilleurs candidats, afin d’aplanir les différences sociales qui freinent l’émergence des élites issues de milieux défavorisés ?

Et, au-delà des résultats, les épreuves des examens font elles plus appel aux connaissances mémorisées ou à des formes plus personnelles de pensée et d’expression ?

Sidi I. Boudide

Source : Sidi I. Boudide

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Commentaires

  1. LUCIE a écrit:

    nous en rim

Exprimez vous!

CommentLuv badge