Explosif rapport US juin 2016 : la Mauritanie est Africaine et ni maghrébine ni arabe…

Explosif rapport US juin 2016Le département d’Etat américain, sous John Kerry,  vient de sortir son dernier rapport sur l’état des trafics humains dans le monde. Quasiment tous les pays du monde sont concernés à des degrés divers. Bien entendu la Mauritanie figure parmi les pays marqués au rouge. On y lit la littérature habituelle où tout n’est pas faux mais on y retrouve encore Birame de l’IRA encensé comme saint de la lutte contre l’esclavage au pays des démonsde l’esclavage maure.
Un mois avant l’arrivée de la Ligue des Tyrans Arabes en république démocratique militaire civilisée, bientôt islamo-wahhabite, de Mauritanie, on peut lire dans le rapport U.S, ce qui fut vrai un temps, que les hommes du Maghreb et du Moyen-Orient continuent à venir en Mauritanie épouser de force pour une nuit ou deux de jeunes mauritaniennes moyennant des sommes qui peuvent faire rêver les misérables, ce qui relèverait de la prostitution forcée selon le rapport. On y lit que certaines de ces jeunes filles atterrissent chez les Saoudiens, désignés de fait comme libidineux, pour y achever une vie d’esclaves sexuelles. Le rapport indique que le gouvernement mauritanien ne fait rien pour lutter sérieusement contre ces trafics humains sinon sanctifier des lois qui ne servent finalement à rien de concret puisque aucun trafiquant n’est jamais sérieusement inquiété. 

Malgré tout ça, jamais l’ambassadeur américain Larry Andre, qui mérite sa carte de membre de l’IRA, n’a été convoqué pour explication, lui qui passe son temps à recevoir et se prendre en photo avec « les beïdanes voraces » «  les vils hratines » et les « faux oulémas » comme les appelle son protégé le saint Birame. Le porte-parole du gouvernement mauritanien qui n’est pas avare en sottises aurait pu se permettre un mot à ce sujet comme il ne s’est pas gêné pour le faire après le communiqué de fin de mission de Philip Alston à propos d’ailleurs d’une citationfausse…
Si c’était un ambassadeur français ou européen, pauvre de lui, le pouvoir allait faire un tel boucan avec la bénédiction de toute la classe politique que le malheureux eût été obligé de rentrer au pays pour ouvrir la voie à l’apaisement diplomatique. On a vu ça quand un jeune militant forgeron osa maladroitement s’attaquer aux zouayas, on a vu ça avec le parlement européen après une certaine résolution…
Mais quand il s’agit des USA, le pouvoir mauritanien est complètement tétanisé face à l’engagement US en faveur de l’IRA . Le pouvoir, le parlement, la société civile tremblentcomme si finalement les américains étaient capables de créer une guerre civile et qu’ils s’apprêtaient à le faire en Mauritanie via le problème H. C’est là le véritable sens de ce silence. Le mauritanien n’a jamais connu que la peur et la loi du plus fort depuis la nuit des temps.
Avant la colonisation, ses ancêtres tremblaient déjà sous le joug des sociétés féodales maures et noires qui elles-mêmes finirent par trembler et reconnaître la pacification française. Ensuite 18 ans d’un épisode d’indépendance et de liberté, un clin d’œil dans l’histoire de la domination et de la terreur. 1978, l’armée mauritanienne transforme le pays enrépublique militaire devenue civilisée depuis. En 38 ans, le pays a connu bien desterreurs : terreurs des renseignements militaires, terreurs des sanglants événements ethniques, terreurs de l’arbitraire.Depuis le HCE, le pouvoir a gagné les fruits de cette éducation sous la terreur jusqu’à se permettre un coup d’état en 2008 contre le premier président démocratiquement élu au suffrage universel direct sans verser le sang car l’armée est au pas, elle obéit aux chefs, certains diront comme dans une milice, l’armée ne reconnaît aucun pouvoir civil sauf pour devenir général…
Aziz a beau laisser la presse libre, ceux qui osent s’y engager sont téméraires et peu nombreux à cause des séquelles de la terreur et chacun sait que cette liberté est un luxe que le pouvoir militaire civilisé peut se permettre : c’est la démocratiedomestiquée, les civils battus désormais par les armes politiques et économiques.
Tant que le problème H n’avait pas reçu de soutien manifeste venant de grandes puissances,  le pouvoir maure ( noir et blanc)  était tranquille car les effets de l’IRA sont domptés à l’intérieurmême si c’est d’une façon précaire car le discours de l’IRA avance et touche de plus en plus les populations concernées.Désormais au coeur du monde maure, il y a comme un malaiseentre maures blancs et maures noirs comme si la déchirure était consommée malgré les apparences que chacun essaie de maquiller.
Tout cela ne sent pas bon car le pouvoir maure peut se défendre et sa réponse sous la menace sera disproportionnée. Pour l’instant, médiatiquement c’est la politique de la fraternité raisonnable qui prévaut mais c’est une paix armée…
A qui la faute ? Le pouvoir ne peut pas échapper à sa responsabilité. Face à l’IRA, il a péché par arrogance, mépris sans jamais vouloir faire un signe significatif pour les hratines. Ainsi Aziz n’a jamais voulu recevoir le vieux Saïd Ould Homody qui voulait lui remettre le manifeste du hartani marginalisé. Depuis la résurgence des revendications des maures noirs en matière de discrimination positive, Aziz n’a rien fait comme s’il craignait de donner raisons à ceux qui pensent que le pouvoir fera un geste d’apaisement par peur.
Au contraire, toutes les revendications de ces mouvements auto-proclamés de défense des maures noirs n’ont abouti qu’à l’effet inverse : le pouvoir s’est braqué contre les hratines bloquant toute nomination significative aux postes à hautes responsabilités.  Pourtant, le pouvoir a gâté, pour ne citer qu’eux,  les forgerons après avoir reçu une certaine délégation au coeur de l’affaire Mkheitir mais il faut dire que la technique politique des forgerons est plus diplomatique, ils ont sacrifié le Mkheitir au profit de l’effet injustice sitôt le deuxième texte du jeune connu…
Les hratines, bêtement, n’ont pas su s’organiser autrement qu’en laissant la place aux extrêmes. Le mépris du pouvoir pour les nouveaux leaders, les coups bas, l’arrogance ont poussé ces extrêmes à jouer des mêmes ficelles à tel point qu’aujourd’hui face aux événements devant l’hôpital Bouamatou,  qui peut savoir qui dit vrai entre le pouvoir qui accuse l’IRA et l’IRA qui accuse le pouvoir de manipulation ? 
Cela dit pour l’observateur impartial, l’expérience prouve que si le pouvoir voulait déloger tous ces gens, il ne serait pas venu en si petit nombre au contraire vu toutes les vidéos qui circulent, il est désormais clair que le transfert des familles était programmé depuis longtemps ce qui a permis à ceux qui voulaient s’organiser pour l’affrontement d’être prêts mais même dans ce cas-là le pouvoir mauritanien prouve sa faiblesse d’anticipation sachant qu’il faut désormais compter avec l’IRA et qu’ils se serviront de tous les moyens pour faire entendre parler du problème H et ils joueront contre le pouvoir avec la même mauvaise foi où ils ont l’avantage d’avoir à l’extérieur des puissances attentives quifélicitent les actions intérieures.
Incompétence et amateurisme du pouvoir parfaitement ignorant de l’art de communiquer et savoir défendre son image. C’est le prix des nominations de bras cassés et l’autosatisfaction de salon fondée sur un mépris du reste des mauritaniens comme si le pouvoir était une concentration de lumières sous le prétexte d’avoir les armes qui cultivent les allégeances. Hélas avec la liberté d’expression, le pouvoir se prend en pleine face l’effet miroir.
Cette longue digression n’était pas le sujet de l’article.  Le sujet étant que dans le fameux rapport juin 2016 du département d’état, la Mauritanie est placée en Afrique et non au Maghreb ni dans le grand Moyen-Orient. Pourquoi cette place ? Car il fallait tout simplement placer la Mauritanie quelque part et c’eût été vexer les négro-mauritaniens que de les mettre tous dans le monde arabo. Vexer les maures ? Quelle importance ?
D’ailleurs là encore la Mauritanie paye sa schizophrénie de vouloir appartenir exclusivement au monde arabo en refusant aux populations noires le droit de voir leur pays appartenir aussi au moins à la CEDEAO depuis que la Mauritanie l’a quittée.
Encore une fois, tous les mauritaniens payent la dérive géopolitique de la Mauritanie en plus de tout le reste. Nous avons besoin d’un sursaut national pour faire passer la Mauritanie des temps bédouins aux temps modernes sans perdre notre âme sinon la Mauritanie risque de connaître des temps sombres pour une durée indéterminée…

Que Dieu nous en préserve !

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge