Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Deux bagarres, deux tués 

La délinquance et le crime ne cessent de se déplacer.  Après s’être longtemps fixés dans la zone sud de la ville, ils s’enracinent désormais au Nord. Vendredi 14 Avril, une rixe entre jeunes « djenks » a tourné au drame. Mohamed Camara, 18 ans, était en train de discuter avec son ami et complice, Houssein ould Mahmoud, au quartier ouest de Teyaret, non loin de Soukouk. Mésentente soudaine, propos déplacés et rixe : Ould Mahmoud tire un poignard qu’il plante au thorax de Mohamed. Celui-ci s’effondre dans une mare de sang, tandis que le criminel prend ses jambes à son cou et disparaît…

Alertée, la police ne peut que constater le décès de l’infortuné et informer le procureur de la République qui vient dresser, lui aussi, procès-verbal du drame. La dépouille est évacuée à la morgue pour une autopsie. Quant au meurtrier, il est, un peu plus tard, appréhendé et gardé à vue au commissariat de police Teyaret 2.

Tragédie similaire au quartier El Hay Sakin, le même jour. Un robuste charretier conduit lentement sa charrette sur l’axe Aziz. Un taxi survient mais, gêné, ne trouve pas de place pour le doubler. Le taximan s’irrite, stoppe son véhicule, en sort et invective le charretier. Celui-ci s’emporte à son tour, tire un couteau de sa poche et le plante dans l’abdomen du taximan qui meurt, sur le champ, sous les yeux de ses passagers et des passants. La police se rend aussitôt sur place, arrête le meurtrier et évacue le taximen.

Les assassins d’Ould El Béchir coffrés  

La semaine passée, un cadavre est découvert dans une forêt, près du village de Gani, aux environs de Tekane. C’est celui d’un natif de Ouadane, Mohamed El Hacen ould Moulay El Béchir, riche commerçant à Gani. La police remarque, lors du constat, que le téléphone de la victime manque, probablement subtilisé par son assassin. Les enquêteurs contactent alors la compagnie GSM, via le  Parquet du Trarza. Quelques jours plus tard, la compagnie informe la police qu’elle a pu localiser la puce. Des policiers partent, aussitôt, cueillir un suspect : Idrissa Guèye, voisin du défunt. On l’a vu assister, larmoyant, aux  funérailles de la victime. Evidemment insuffisant pour l’inculper mais, pressé de questions, il ne tarde guère à avouer le meurtre, perpétré pour s’emparer d’une importante somme d’argent dont il savait le commerçant nanti. Il lui a donc tendu une embuscade, avec  deux complices qui l’ont assisté dans le sordide assassinat, avant de le rejoindre au commissariat de police de Tekane. Déféré à Rosso, le trio y a été écroué.

Govinda et compagnie relâchés

Comme déjà relaté dans les colonnes de notre précédente édition, un hold-up a eu lieu à l’agence BMCI du quartier « Centre émetteur » de Tevragh Zeïna. Des hommes cagoulés et armés de fusils d’assaut ont braqué la banque et raflé dix-neuf millions d’UM. La police a ouvert une enquête, à ce jour infructueuse. Plusieurs récidivistes, dont le fameux Moctar Govinda, ont été appréhendés et placés en garde à vue, sans que le moindre indice ne puisse être retenu à charge. Aussi ont-ils tous été relâchés, le Samedi 15 Avril. L’enquête semble pencher vers la piste salafiste, selon une source digne de foi.

Mosy

Source lecalame.info

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind