Faits divers… Faits divers… Faits divers…

faits_diversLe pseudo agent de la Somelec 

Au quartier poteau 15, le père et la mère d’une famille étaient au boulot la semaine passée. Seule, une femme de ménage était en train de travailler dans la maison. On tape à la porte et la bonne ouvre. « Je suis agent de la société mauritanienne d’électricité, je viens pour relever le compteur », lance un jeune homme en entrant. Il porte un gros sac et avait des documents sous le bras. La domestique, habituée à voir entrer et sortir les releveurs à  la fin de chaque mois lui fit signe d’entrer et continue son travail. Il entre dans la maison pour n’y passer que cinq minutes et ressortir. Quand il s’en est allé, elle referme la porte de la concession. Vers seize heures, le couple revient. Avant de déjeuner, la mère constate que plusieurs choses ont disparu. Lorsqu’elle a exigé des explications, la bonne l’informe du passage du releveur. Une ou deux maisons du voisinage ont signalé avoir reçu le même visiteur qui a emporté pas mal d’articles. On contacte l’agence locale de la compagnie d’électricité qui nie avoir déjà envoyé de releveur. Les familles victimes portent plainte au commissariat Arafat 3 qui a déjà reçu d’autres plaintes contre cet individu.  On ouvre une enquête qui n’a pas donné de résultats  pour le moment.

Le collectif des victimes s’adresse alors à la brigade de recherches du banditisme (BRB) qui dépend du CSPJ. Des éléments  de cette fameuse brigade ont été aussitôt chargés de retrouver ce lascar. Le groupe d’agents de la BRB au look de délinquants s’éparpillent dans les zones suspectes. Le lendemain, on identifie le bandit et on découvre son principal receleur au marché GSM. On le met sous surveillance. Le Mardi 09 Novembre vers Midi, le bandit rend visite à ce dernier  pour écouler une partie de son butin. Ils sont illico embarqués au commissariat. El Bar ould Moulaye est un récidiviste fiché par la police et fraichement sorti de prison. Son dernier séjour carcéral n’a pas été long pour on ne sait quelle raison.

Une bande de dix personnes sème la terreur 

La ville de Nouakchott vit depuis quelques temps une véritable psychose dû au développement du crime et de la délinquance à ses quatre coins. Des dizaines de bandes de malfrats agissent comme ils veulent dans certaines zones.

Les quartiers de Riad sont ces jours-ci victimes de ce néfaste phénomène. Il y a quelques jours, vers trois heures du matin, les vendeurs de l’épicerie de la station service NP du PK 8 venaient tout juste de tirer les rideaux. Les pompistes de la station avaient quitté deux heures auparavant et seul un employé du four d’à coté veille encore pour achever sa première livraison. Soudain deux voitures aux vitres teintées s’arrêtent. Leurs dix occupants enturbannés ou cagoulés descendent. Ils entourent le pauvre homme, le ligotent et le bâillonnent. Ils  entrent à l’épicerie par une porte qui la relie au four. Les trois épiciers sont réveillés avec des machettes à la gorge. Ligotés et tenus en respect par cette bande, leur épicerie est ensuite mise à sac.

Deux jours auparavant, des commerces au quartier Tarhil ont reçu ces indésirables visiteurs qui emportent tout sur leur passage. D’autres épiceries  et boutiques de Riad et Arafat avaient, elles aussi, été victimes de cette bande au cours des deux derniers nuits.

Jusqu’à présent, la police n’a pu avoir le moindre indice permettant d’arrêter ces bandits.

Un grand voleur de bétail coffré

Le vol de bétail est devenu chose courante chez nous. La majeure partie des voleurs des ovins et caprins est composée de jeunes délinquants fils à Papa pour la plupart. Ils embarquent toute chèvre ou mouton  croisé à bord de véhicules le plus souvent volés. Cependant, il y a certains voleurs professionnels de bétail tel que le fameux Mohamed ould Sidi alias « Dhib ». Celui-ci a son mot à dire dans à ce sujet. Il est la bête noire des propriétaires et vendeurs de bétail. Au cours des deux derniers mois, le vol de caprins et d’ovins a connu un pic à Teyarett et ses environs. Des dizaines de chèvres et de moutons ont disparu sans laisser de traces. Les éléments de recherche du commissariat de police  de Teyaret 1 se lancent sur les traces d’un suspect. Après quelques jours d’investigation, ils découvrent le repère de ce dernier. Mis sous étroite surveillance, ils ont fini par le coincer  dans cet abri qui se trouve à Mgeizira. Mohamed ould Blal est un récidiviste notoire qui a connu quelques séjours carcéraux. Plus d’une dizaine de chèvres ont été découvertes cachées dans une baraque détenue  par ce bandit. Il a été déféré et écroué.

MOSY

Source: Le calame

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge