FAUSSE ALERTE A LA BOMBE A L’AEROPORT L.S.S : Un acte qui risque de coûter deux ans de prison à Ahmed Tidiane Sow


Il a joué avec le feu et risque de payer très cher son acte. Lui, c’est Ahmed Tidiane Sow, l’homme qui avait donné une fausse alerte à la bombe à l’aéroport L. S. S. Jugé hier devant le tribunal des flagrants délits, le jeune marié qui est né en 1981, risque une peine ferme de deux ans, si le tribunal suit la logique du parquet. A la barre, l’auteur de la fausse information, qui a compromis la sécurité d’un aéronef, n’a pas hésité à reconnaître les faits. Selon lui, c’était seulement dans l’intention d’empêcher à sa femme de voyager, qu’il a inventé cette histoire. L’histoire a commencé après qu’un du couple a été hebergé par les Sow.

Une demande à laquelle la femme de Mme Sow, une française, s’oppose catégoriquement, avant de revenir à de meilleurs sentiments sous la pression de son mari qui la rassure sur la durée que leur hôte fera chez eux. Mais en lieu et place des deux semaines convenues, l’hôte en question passe deux mois dans la maison. Une situation qui excède l’épouse de Cheikh Sow. Elle prend sur elle la décision de régler le problème une bonne fois pour toute. C’est pourquoi dans la soirée du 18 septembre dernier, elle a appelé son mari pour lui dire qu’elle se rentrait chez elle, comme il ne veut pas demander à son hôte de quitter la maison. Après quoi, elle éteint son portable. Paniqué à l’idée de perdre sa femme qu’il aime plus que tout, Cheikh Tidiane Sow qui croyait que son épouse voyagerait à bord de RAM, appelle à l’aéroport pour annoncer une bombe dans un vol de cette compagnie. Puis, pour ne pas être arrêté, il change de puce. Néanmoins, les gendarmes ont pu remonter à lui et il a été cueilli et gardé à vue. Il faut dire que sa femme est finalement passée à l’acte, puisqu’elle a pris un vol de la compagnie « Tunis air ». S’étant constituée partie civile dans cette affaire, la Ram a réclamé une réparation de 10 millions de francs, là où les avocats de la défense, qui pensent qu’il n’y a pas d’intentions criminelles, ont plaidé la relaxe. Le jeune cadre sénégalais sera fixé sur son sort le 03 octobre prochain.

.Source : seneweb

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge